Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/01/2006

Une armée (franco) mexicaine

Il n'est jamais simple de se faire confirmer une information au ministère de la Défense - on en a encore eu l'illustration mardi. On espérait juste un bref commentaire sur l'obligation faite désormais aux militaires de dénoncer les ordres illégaux ou manifestement contraires à l'éthique et aux conventions internationales: suite de la retentissante et désastreuse "affaire Mahé" en Côte d'Ivoire.
Mais nos interlocuteurs habituels au cabinet de la ministre Alliot-Marie étant malheureusement tous en goguette, on fut illico - et malgré nos appels au secours désespérés - jetés téléphoniquement dans les bras de la DICOD: la direction de la communication de la Défense, une véritable hydre administrative, monstre tentaculaire des étreintes duquel on ne sort jamais indemne.
Et effectivement, une bonne heure et une dizaine d'interlocuteurs et de services différents plus tard, on n'avait toujours pas pu se faire confirmer cette misérable petite information.
Finalement, un obscur gradé sorti d'on ne sait où, alors qu'on ne l'espérait plus, charmant et efficace accepta d'envoyer par courriel le fameux arrêté ministériel tant désiré. Et confirma bien volontiers, sourire en coin, la rumeur courant depuis plusieurs semaines dans le tout Paris: oui, ce sont bel et bien... 1.200 fonctionnaires qui sont affectés au service de communication du seul ministère de la Défense.
Ceci explique-t-il cela?
B.DL.

30/01/2006

Une petite reine, quand je veux

C'est "Vélorution" qui va être contente: la malicieuse et remuante association de cyclistes parisiens qui recrute et mobilise beaucoup de sympathisants en laissant ses tracts colorés et humoristiques sur leurs vélos garés sur la voie publique. La nouvelle ravira également tous les usagers occasionnels de la petite reine: joyeux dilettants, touristes d'un jour, ou Parisiens dégoûtés des embouteillages et des difficultés de stationnement mais pas encore usagers du vélo à plein temps, par peur de la densité et de l'agressivité du trafic automobile par exemple. Le conseil municipal l'a décidé ce lundi: la capitale va inaugurer à l'été 2007 un système de location de bicyclettes en libre service.
Quelque 3.000 deux-roues seront mis à disposition d'utilisateurs potentiels des arrondissements centraux et pourront être empruntés puis remis à des kiosques de location situés à proximité de bouches du métro. L'opération sera financée et prise en charge par les entreprises de publicité en échange de l'obtention de concessions de panneaux d'affichage. Les plus grands groupes sont sur les rangs pour décrocher le marché, comme Viacom, Clearchannel ou Jean-Claude Decaux. Cette dernière société exploite déjà à Lyon un dispositif similaire, qui marche bien: il compte 40.000 abonnés se partageant 1.600 vélos à raison de dix rotations par jour et par vélo environ.
B.DL.

27/01/2006

Un besoin pressant

Dans la vie quotidienne - et intime - des Parisiens, ce sera une petite révolution, et elle entrera en vigueur le 1er février prochain. A cette date, les 420 sanisettes érigées sur les trottoirs de la capitale, aujourd'hui facturées au tarif de 40 centimes la visite, seront en accès libre.
Ces toilettes automatiques installées dans d'assez laids édicules sombres sont fréquentées chaque année par 2,4 millions de personnes. Mais jusqu'à présent, vu leur prix, elles restaient le plus souvent inaccessibles aux dizaines de milliers de sans-abri - chaque année plus nombreux - vivant à Paris. La mairie a décidé que cela allait changer. "C'est une véritable avancée dans la lutte contre l'exclusion: désormais, les personnes sans domicile fixe ne rencontreront plus de difficulté pour se soulager", se félicite l'adjoint au maire chargé de la voirie, l'écologiste Denis Baupin.
En effet. Pour avoir vu fréquemment, comme tout Parisien, des SDF forcés de s'oublier, la honte au front, entre deux voitures en stationnement, on mesure bien l'avancée sociale de cette mesure.
Qui en rappelle d'ailleurs une autre, tout aussi anodine en apparence, prise dès l'arrivée de la gauche au pouvoir à Paris, après les élections municipales de 2001: l'ouverture au public des pelouses des parcs et jardins municipaux, auparavant clôturées et interdites d'accès - mesure justifiée à l'époque par le nombre très réduit de Parisiens jouissant d'un jardin.
Des toilettes plus humaines, des pelouses plus conviviales: un bon résumé du socialisme "bobo" de Bertrand Delanoë?
B.DL.