Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/09/2007

Un non-dit

e50858cc3625209d8fcf446dc2fc0c76.jpgC’est la controverse de la journée. Bertrand Cantat, incarcéré depuis 2003 pour avoir frappé à mort Marie Trintignant, doit-il ou non bénéficier d’une libération conditionnelle? La requête du chanteur de «Noir Désir» est examinée ce jeudi par le juge d’application des peines. La famille de la comédienne décédée s’oppose à sa remise en liberté.

A Paris depuis l'an dernier, dans le Marais Saint-Paul, un espace vert honore la mémoire de Marie Trintignant. Le petit square, cela dit, n’est vraiment pas terrible: quelques pauvres cerisiers, pas mal de mauvaises herbes, l’un ou l’autre banc de bois, et voilà. A l’entrée du minuscule jardin, ce matin, il n’y avait pas même un bouquet de fleur déposé par un fan.

La plaque commémorative est un modèle de politiquement correct. Y sont uniquement mentionnés le patronyme et la profession de la jeune femme, suivis de ses années de naissance et de décès desquelles on peut effectivement déduire qu’elle est «décédée prématurément» - comme l’on dit si délicatement.

Etait-ce vraiment impudique de dire clairement les choses sur cette plaque? D’y spécifier par exemple que l’intéressée avait été victime des violences faites aux femmes?

La mairie de Paris décidément, qui pourtant communique si bien habituellement, cultive parfois des non-dits très pesants. Limite insultants.

Commentaires

c'est non-dit mais c'est su ... donc on n'est pas des débiles et la mairie de Paris en aucun cas insultante ... le plus pénile dans cette affaire c'est sa mére qui se place au dessus de la justice !

Écrit par : stef | 20/09/2007

Justice égale pour tous (même vot' fils M'sieur Sarkozy ? Ah lui non ok).
Pour les prochaines femmes battues, qui pourra dire que le coupable mérite plus que 4 ans ? Ah il ne chantait pas bien lui ? Dommage pour sa pomme, l'avait qu'à être connu.

La famille Trintignant m'énerve, mais ils ont perdu leur fille (dont le comportement m'énervait aussi) par la faute d'un homme violent, et cette violence, rien ne pourra l'excuser, pas même son talent.
Mais il y aura toujours des fans pour tout excuser (je ne vise pas le précédent commentaire mais ceux que j'ai pu glaner sur internet au gré des forums).

Même chez nous, trois femmes sur cinq sont battues, menacées, violées, comme le disait la dernière campagne amnesty ASSEZ !

Écrit par : Stéphanie | 20/09/2007

D'un autre côté, comme le rappelle Libération, si il ne chantait pas si bien, sa sortie à mi-parcours poserait infiniment moins de problèmes aussi.

Écrit par : Marion | 20/09/2007

Cette affaire suscite toujours autant les passions. Je ne me prononcerai pas n'ayant moi même que la vision partiale via articles et communioqués de presse, et donc pas tous les éléments en main pour juger du bien fondé ou non de la libération et de la justesse (ou non) de la peine. Je voudrais juste souligner l'attitude de JL Trintignant, très proche de sa fille, mais qui a toujours été en retrait vis à vis des médias, n'a pas cherché à faire de sa fille un symbole de la femme battue et a vécu sa douleur loin des gazettes et avec une ''sobriété'' (terme inapproprié, mais je n'ai pas mieux en magasin) qui mérite le respect.

Écrit par : Vincent | 21/09/2007

Pour Bertrand Cantat, personne de nous le connait, on ne voit que sa face chanteur et non personnel donc laissons nos commentaires dans nos poches.

Pareil que Stéphanie, la famille Trintignant se croit un peu trop au dessus des lois... (surtout la Mère d'ailleurs ... ) Et y a trop (même 1 , c'est encore trop) de femmes battues dans l'indifférence alors arretons avec cette histoire, laissons la justice la régler. Mieux vaut s'occuper des femmes qui ont peur

Écrit par : sylvain | 21/09/2007

Les commentaires sont fermés.