Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/09/2007

Un drame, donc

Mon Dieu, mon Dieu, l’heure est grave. Et on en est d’autant plus alarmé qu’on avait complètement sous-estimé le changement. Pour tout dire, mea culpa, on était totalement passé à côté de l’événement.

A partir de janvier, les numéros du département disparaîtront des plaques minéralogiques des nouveaux véhicules mis en circulation. Les plaques seront désormais attribuées à vie quel que soit le lieu de résidence, et leur numéro sera distribué chronologiquement sur le plan national. Ce sera donc la fin de ces plaques dont les deux derniers chiffres ont tué le temps de générations d’enfants s’ennuyant à mourir dans la voiture familiale sur la route des vacances.

On savait que ces plaques départementalisées étaient une spécificité si délicieusement française. Comme l’école le samedi matin ou le choix entre le fromage et le dessert. On commence à se demander si ces plaques ne font pas carrément partie de la fameuse exception culturelle hexagonale.

La fronde gronde, en effet. Dans le département de l’Essonne (91), apprenait-on lundi, les élus UMP ont déposé une motion de protestation contre cette réforme auprès du conseil général. Ce mardi, c’est le quotidien régional «La Dépêche du Midi» qui se désole de la disparition programmée de ce «bout d'histoire de la République», cette «ludique leçon de géographie».

Pour le coup, le chroniqueur de service paraît même inconsolable. «L' Ain sans son 01, rendu à l'anonymat alpestre. Paris ne sera plus Paris privé de ce 75 conspué au-delà du périph, parce qu'il roule trop les mécaniques. Certaines plaques valent des cartes d'identité. Le 13 n'a pas besoin de coller le logo de l'OM sur la vitre. 06, c'est de la belle cylindrée. Le 14 a un goût de Calva, le 9-3 un cœur de rappeur, le 64 habille Basques et Béarnais». Et, sous la fière banderole «Touche pas à mon numéro», le quotidien de partir en croisade contre cette réforme totalement «à côté de la plaque».

L’heure est grave, donc. Mais la fronde va-t-elle gagner les automobilistes parisiens? Ou ceux-ci seront-ils ravis finalement à l’idée de perdre leur célèbre 75, si lourd à porter dès qu’on arrive en province?

Commentaires

En effet, ce n'est pas grave à proprement parler mais il est tout à fait vrai que j'ai passé des heures chaque été à apprendre les numéros départementaux en croisant des dizaines de véhicules sur les routes de France.
Rentrée en Belgique, je n'étais pas plus riche mais je pouvais épater les copains et... gagner à Trivial Pursuit, c'était déjà pas mal :)) Alors, oui, sniff!!

Écrit par : Catherine | 28/09/2007

C'est une particularité qui va disparaitre très lentement compte tenu du volume annuel de ventes de véhicules neufs, ou de changement... de département. Les garagistes feront assurément la moue de ce point de vue.

Cela m'amusait d'observer la provenance des touristes à Paris, ou alors sur un lieu de vacances. Je pense que les touristes au fait du mécanisme seront de mon avis...

Bonne continuation pour ce blog, un espace hors du commun qui permet de tisser une autre forme de liens avec les lecteurs.

Écrit par : Franck | 28/09/2007

C'était bien sympa ces départements ... Ca va me manquer ...

Écrit par : sylvain | 02/10/2007

Les commentaires sont fermés.