Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/12/2007

Un soupçon

a8f284d7e71b146675c7d99dca8b84c6.jpgCette indiscrétion entendue au saut du lit à la radio, ce matin. Qui donnait l’envie de hurler, ou de retourner se coucher et de s’enfouir la tête sous l’oreiller, hébété.

 

Les autorités françaises soupçonnent la présence, dans l’imposante délégation entourant le colonel Kadhafi, actuellement en visite à Paris, des propres agents de sécurité qui ont fait torturer, voire ont eux-mêmes torturé, les infirmières bulgares lors de leur détention.

 

Interviewé ce matin, un des avocats français de ces infirmières n’était pas en mesure d’assurer effectivement la présence de ces tortionnaires présumés. Mais il n’avait pas l’air d’être plus étonné que cela par cette hypothèse. Et il confirmait l’existence de ce soupçon nourri en haut lieu.

 

Le pire, c’est que, même s’il était établi que ces bourreaux font bel et bien partie de la délégation libyenne, ils pourraient probablement regagner sans encombre leur pays.

 

Parce que la justice française a, de tous temps, été extrêmement frileuse à juger les tortionnaires et a même souvent été prise en flagrant délit de complaisance à leur égard – les victimes du génocide rwandais et leurs avocats le rappelleront encore, jeudi à Paris.

 

Parce que, aussi, l’usage diplomatique le veut ainsi. Ce même «usage» qu’invoquait hier Rama Yade, dans sa retentissante interview,  pour justifier le récent coup de fil de félicitations de Nicolas Sarkozy à Vladimir Poutine. Parfois, décidément, il n’y a rien de pire que les usages.

Commentaires

La justice française est, de façon générale, à la botte du pouvoir d'Etat, et en particulier de l'exécutif. Pas la peine, dès lors, de nous bassiner avec les droits de l'Homme. Modifier le recrutement des juges, clarifier et faciliter les possibilités de recours, se désintoxiquer de l'Etat: voici les défis qui attendent la société française. Qui va entreprendre d'y répondre?

Écrit par : Patrick H. | 11/12/2007

Les commentaires sont fermés.