Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/12/2007

Une sélection

fb5c308884375509849a68e16b4ed5f7.jpgEn direct sur Ciel Radio ce matin, en compagnie d’une bande de chroniqueurs et autres joyeux drilles visiblement très en forme – mais comment font-ils donc, de si bonne heure? –, on était invité à sacrifier au rituel de la rétrospective de l’année écoulée. Mais de manière «légère et décalée», via un «Top 3» et un «Flop 3» de 2007 consacrant les grands succès et les échecs marquants des douze derniers de mois en France. Voilà,  en gros, ce que cela a donné.

 

-Top 1: la Rolex. La montre préférée de Nicolas Sarkozy, devenue l’emblème de son style. Un «style bling bling» comme on dit désormais ici: voyant, ostentatoire, limite kitsch. Les Rolex, les chaînettes en or, les lunettes solaires Ray-Ban, le Fouquet’s, etc.: tout cela est très Sarkozy et très «bling bling». Cela peut paraître anecdotique mais cela ne l’est pas, pour deux raisons au moins. D’abord, ce style est parfaitement en accord avec les idées de l’homme. Le Président est décomplexé politiquement. Il l’est tout autant dans son look et dans son mode de vie, quitte à faire nouveau riche ou à friser le mauvais goût (les mocassins à glands, le jean associé à la veste Dior, la gourmette apparente portée par-dessus la chemise, etc.). Ensuite, ce style consacre un tournant. Traditionnellement en France, les dirigeants avaient plutôt le luxe discret, comme ces aristocrates qui trouvent si vulgaires de parler des questions d’argent. L’exemple type, c’était Bernadette Chirac, qui, le week-end, portait des baskets Chanel si délicatement et discrètement élégants. Nicolas Sarkozy, lui, c’est la Rolex, c’est très clinquant. C’est un tout autre rapport avec l’argent.

-Top 2: la doudoune. On croyait ces affreux manteaux d’hiver matelassés, qui vous transforment en Bibendum, réservés aux pistes de ski. Et bien non. En France en 2007, on a vu ça partout, y compris sur le dos des personnalités. On a la doudoune activiste: Augustin Legrand, le charismatique leader des Enfants de Don Quichotte, inséparable de sa doudoune bleu marine. La doudoune «pipol», celle qu’arborent devant les caméras des stars comme Carole Bouquet ou Emmanuelle Béart quand elles visitent des sans-papiers ou des mal-logés. La doudoune politique aussi. Ségolène Royal, sur la Grande muraille de Chine, portait une doudoune blanche version longue, jusqu’aux pieds, restée dans toutes les mémoires. La doudoune donc, c’était visiblement très tendance en France, en 2007.

-Top 3: le Vélib évidemment, et tous ces dispositifs de location de vélos en libre, service à Paris comme en régions. Plus de 10 millions d’utilisateurs rien que dans la capitale. C’est sans conteste LE gros succès français de 2007. Dans l’année écoulée donc, pour être à la page, il fallait faire du vélo habillé en doudoune avec, au poignet, une Rolex  bien apparente.

 

 

 

-Flop 1: le PS français. Pour rappel, il y a un an à cette époque, fin décembre 2006 donc, tous les sondages donnaient Ségolène Royal élue à l’Elysée, devançant largement Nicolas Sarkozy. On sait ce qu’il en est advenu. Un an plus tard, les socialistes français ne sont nulle part. Ils n’ont ni leader, ni doctrine, ni projet, ni alliés, juste des querelles d’ego et des rivalités d’ambitions. Il y a dix ans, la droite française s’était auto-proclamée «la droite la plus bête du monde». Aujourd’hui, on peut se demander si les socialistes français ne sont pas devenus «les socialistes les plus bêtes du monde».

 

-Flop 2: les couples emblématiques de la planète politico-médiatique: les Nicolas et Cécilia Sarkozy, Ségolène Royal et François Hollande ou autres Laurence Ferrari et Thomas Hugues, qui tous se sont séparés en 2007. Cela a entraîné une «pipolisation» de l’actualité qu’on n’avait jamais vue auparavant. Exemple flagrant encore ces derniers jours avec l’escapade du couple Sarkozy-Bruni en Egypte.

 

-Flop 3: les mini-motos. Là, on redevient sérieux. Quitte à plomber l’ambiance, on ne peut pas faire un bilan de cette année 2007 sans rappeler la mort, fin novembre, de ces deux ados de banlieue parisienne tués dans un accident entre leur mini-moto et une voiture de police. Il y a deux ans déjà, fin 2005, deux ados de banlieue avaient trouvé la mort dans des conditions tragiques, grillés dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois. Deux ans après, on a revu les banlieues qui s’embrasent et les scènes de guérilla urbaine aux portes de Paris. Cette répétition assez déprimante montre bien que la France, ce grand pays qui pourtant donne tant de leçons aux autres, sur certains dossiers politiques essentiels – la jeunesse, l’immigration, l’urbanisme, etc. –, est un pays qui n’avance pas, en tout cas qui réussit beaucoup moins bien que la plupart de ses voisins. Les banlieues, c’est un des grands chantiers qui attendent Nicolas Sarkozy pour 2008, année qui, à cet égard en tout cas, ne pourra pas être pire qu’en 2007.

Les commentaires sont fermés.