Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/01/2008

Un incontournable

a8a4aec01e389934718f4f055d5933b9.jpgL’hiver et ses plaisirs si typiquement et si délicieusement parisiens, dont on ne se lassera jamais. Le dimanche, prendre une douche brûlante après avoir longuement couru dans le froid majestueusement glacial du bois de Vincennes ou des voies sur berges. Dans ses déplacements en métro, privilégier la ligne 4 où, été comme hiver (mais c’est en hiver qu’on apprécie cela), la température ambiante dans les trains frise en permanence les 30 degrés. En rue, s’empiffrer de marrons chauds achetés à la sauvette, sentir leur chaleur roborative envahir les mains, la bouche puis le ventre, et poursuivre sa balade le nez en l’air tel un touriste ravi. En fin de journée, bouquiner au coin d’un apéro en terrasse de son bistrot préféré, à l’ombre rougie, douillette, ronronnante, vaguement bourgeoise pour tout dire, d’un parasol chauffant.

 

Cet hiver d'ailleurs, à Paris, les parasols chauffants sont plus courus que jamais. Voilà encore une conséquence de la nouvelle réglementation sur le tabac, qui, dans les bars, cafés et restaurants, a confiné les fumeurs en terrasse. Depuis, dans toute la France, les fabricants de parasols chauffants, de bâches et autres stores en plastiques ont vu leurs carnets de commande exploser. Chez Castorama et Leroy-Merlin, paraît-il, les rayons sont vides. Et, depuis début janvier, les ventes de bouteilles de propane, que l’on utilise pour les parasols à gaz, sont elles aussi en forte progression.

 

La mairie de Paris se frotte les mains. Chaque mètre carré de terrasse supplémentaire ouvert dans la capitale constitue pour elle une recette supplémentaire au titre de la redevance sur l’occupation des trottoirs acquittée par les restaurateurs. Les défenseurs de l’environnement et élus écologistes, eux, font la grimace. Les parasols chauffants, en effet, c’est très parisien, très confortable et très joli, mais ce serait tout sauf environnementalement correct.

Déjà, chauffer à longueur de journées une terrasse dont un côté est ouvert aux quatre vents relève de l’ineptie, en termes énergétiques. En plus, ces parasols chauffants consomment énormément (une bouteille de gaz toutes les 30 heures, en moyenne). Enfin, ils émettraient en fonctionnant un nombre considérable d’oxydes d’azote, au détriment de la santé des clients des terrasses qu’ils réchauffent.

L’idée donc a germé, dans la tête de l’adjoint au maire de Paris chargé de l’Environnement, le Vert Yves Contassot, de créer une taxe sur l’utilisation de ces parasols au gaz. S’estimant déjà surtaxés, les cafetiers menacent de monter au créneau. On n'a probablement pas fini d’en parler.

Les commentaires sont fermés.