Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/03/2008

Une misère

4c458f51b2bff72b9a407281c18d230b.jpgDans quelques heures, le week-end. Qui sera marqué par deux événements: la Journée internationale des femmes, demain, et le premier tour des élections municipales, dimanche. Fâcheuse coïncidence pour la France, car cela va rappeler combien, en matière de représentation politique des femmes comme des citoyens issus de l’immigration, ce pays a encore beaucoup de progrès à faire.

Certes, depuis l’application des lois sur la parité, le nombre de conseillères municipales a progressé: il s’établit désormais à 30% à l’échelle du pays (contre 21% au milieu des années 90). Mais à l’inverse du mandat de conseiller municipal, le poste de maire, lui, reste essentiellement masculin. En France, 89,1% des maires sont des hommes. Et sur les 37 villes de plus de 100.000 habitants, cinq seulement sont dirigées par des femmes: Lille (Martine Aubry), Strasbourg (Fabienne Keller), Caen (Brigitte Le Brethon), Montpellier (Hélène Mandroux) et Aix-en-Provence (Maryse Joissains).

La situation n’a que peu de chances de fondamentalement s’améliorer après ce scrutin. L’UMP affiche 15% de femmes chefs de file dans les villes de 30.000 habitants et plus. Le PS fait un poil mieux, avec des têtes de listes féminines dans 25% des villes de plus de 20.000 habitants. C’est un progrès par rapport aux municipales, assurent ces deux partis, qui, en sept ans, ont respectivement multiplié par 3 et 2,5 leur représentation féminine en tête de liste.

Il n’empêche, selon les estimations, à l’issue du scrutin de ces deux prochains dimanches, au maximum 15% de femmes seront maires de villes de plus de 20.000 habitants. On est loin de la parité.

Commentaires

il faut dire aussi que rares sont les femmes à vouloir s'impliquer en politique.

Écrit par : stef | 07/03/2008

et je ne crois pas que les gens votent pour la parité... la parité est une utopie. Toute comme certains métiers interessent plus les hommes que les femmes et l'inverse ...

Écrit par : sylvain | 08/03/2008

Je suis assez d'accord mais je pense qu'il faudrait néanmoins que la société, les hommes politiques mais aussi, singulièrement, les autres femmes, cessent de stigmatiser celles qui s'engagent comme de mauvaises mères ou des femmes dénaturées. C'est là-dessus qu'il faut réellement travailler et les quotas, sans doute utiles dans un premier temps pour lancer une machine, perdront leur raison d'exister.

Écrit par : Catherine | 10/03/2008

Les commentaires sont fermés.