Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/04/2008

Une question

L’envolée historique des prix, les Français la sentaient et s’en plaignaient depuis des années. Hier, l’Insee (ici) l’a enfin reconnue. L’Institut l’a chiffrée à +0,8% sur un mois – en un seul mois donc, a été engloutie la moitié de la  hausse annuelle prévue pour toute l’année par le gouvernement: félicitations aux prévisionnistes de Bercy pour l’acuité de leur jugement. Et à +3,2% sur l’année: du jamais vu depuis 1991. Conséquence mécanique de cette valse folle des étiquettes: début mai, le salaire minimum sera augmenté de 2,3%, ce qui représente au bout du mois une vingtaine d’euros nets en plus sur la feuille de paie des quelque 2 millions de smicards.

Cette opération de rattrapage bénéficiant au smic – une première depuis 1996 – vient rappeler le niveau de cette rémunération, qui est versée à quelque 15% des travailleurs en France: très exactement 8€44 bruts de l’heure, ce qui donne par mois 1279€ bruts, soit quelque 1000€ nets.

D’où cette question, qui paraîtra infiniment tartouille mais qu’on s’est toujours posée depuis qu’on vit en France et à laquelle on n’a jamais obtenu de réponse convaincante. Comment donc fait-on pour vivre avec 1000€ par mois? Comment diable parvient-on à boucler ses fins de mois et à ne pas sombrer dans le surendettement avec un salaire d’un tel niveau? A fortiori quand on a des enfants à charge. Quand on est à temps partiel (4 smicards sur 10) et qu’on gagne donc encore moins que ces 1000 euros par mois. Et/ou quand on habite des villes comme Paris – dans notre quartier Bastille-Marais, cela met donc le prix moyen du moindre mètre carré… à 8 smics.

Commentaires

D'accord, le Smic est insuffisant pour vivre décemment mais il faut tout de même nuancer car de très nombreux smicards (et d'autres)perçoivent des allocations diverses qui n'existent pas en Belgiqu, telle l'allocation logement. Il faut donc relativiser.

Écrit par : François Collette | 16/04/2008

Les smicards ne sont pas les seuls à vivre avec 1000€/mois en région parisienne. Nombre de travailleurs touchent ce salaire, par ex les aides de vie, les caissières et les femmes/hommes de ménage.
Dans ces conditions on peut dire adieu aux loisirs... mais également au nécessaire, comme les visites médicales (chez beaucoup de spécialistes mais pas seulement).
Hélas. :-(

Écrit par : Karine | 16/04/2008

Les commentaires sont fermés.