Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/07/2008

Un «troupeau»?

9ea56d4059424ea98058791a7c0a169d.jpgSinon – au-delà donc de toute autre actualité plus fondamentale –, la principale info de ce début juillet, pour les usagers des transports parisiens, est très prosaïquement la nouvelle et énième augmentation des tarifs. Le carnet est dorénavant à 11€40 – on se souvient comme si c’était hier des 10 tickets pour 10 euros. Le ticket à l’unité (désormais à 1€60) augmente lui carrément de 7%.

Dans la plupart des stations de métro de Paris, depuis plusieurs mois, on peut voir des affiches ou entendre des messages pressant les détenteurs de la carte orange (pour les non-Parisiens: le coupon magnétique d’abonnement) de remplacer celle-ci par un «pass Navigo». Ce pass est une carte rechargeable à des bornes automatiques, elle est d’une durée de vie de plusieurs années et permet (mais moyennant un bip assez intrusif) un passage plus rapide aux lignes de contrôle.

Ce pass, pour autant, est loin de faire l’unanimité. Ainsi, un réseau d’activistes (ici, par exemple) est né, qui condamne «Navigo» au nom des libertés et a déjà organisé des manifestations contre lui dans le métro. Le pass, en effet, contient une puce dite RFID, c’est-à-dire lisible à distance par ondes radio. Du coup, «à chaque validation du pass, grâce à sa puce, on sait que vous étiez là, à telle heure», dénoncent ces opposants. Or, «la RATP est tenue de conserver et de fournir ces informations à la police si elle les lui demande. Accepter le traçage systématique de nos déplacements, c’est renoncer à la liberté de circuler anonymement, déjà largement mise en cause par les caméras». C’est donc accepter de se transformer en «troupeau humain traçable à distance».

3316ee534668cb080ac1ce834b7f37ea.jpgLa RATP dément tout «flicage» de ses clients. Elle reconnaît que le pass permet de tracer les trajets des utilisateurs. Mais assure que leurs validations sur les appareils de contrôle «sont enregistrées anonymement» et servent uniquement «à réaliser des statistiques de trafic». La régie des transports assure même être «très vigilante sur ce sujet». D’autres réticences, toutefois, ont vu le jour. Les opposants au pass invoquent par exemple les craintes de revente des fichiers de clients «Navigo» à des entreprises commerciales ou les éventuels risques pour la santé des puces RIFD. Selon eux, «comme les ondes électromagnétiques du portable ou du wifi, le peu que nous en savons indique clairement que ces puces nuisent à notre santé».

 

Devant toute cette polémique, le grand public, lui aussi, est devenu réticent. La RATP avait prévu que tous ses clients abandonnent la carte orange et passent donc à «la télébilletique totale», comme elle appelle cela, avant la fin 2008. Mais les propres enquêtes de la régie montrent qu’un bon million d’usagers au bas mot (soit un usager sur trois, en gros) rechignent au changement. Dès lors, l’échéance de l’abandon définitif du coupon magnétique a dû être reportée sine die.

Commentaires

Tant mieux... D'ailleurs, le RFID se copie très bien, faudra que je fasse le test...
Dans certaines stations, y plus qu'un tourniquet sur 6 qui accepte les tickets... génial en période d'affluence...
A noter que le Navigo anonyme existe mais faut aligner 5€!! Une honte !
S'il n'y avait pas de "flicage", alors il n'y aurait simplement pas de données récoltées, ce qui est le cas.. qu'on nous prenne pas pour des cons..

Écrit par : sylvain | 08/07/2008

le progrés fait donc toujours aussi peur ... y a rien à craindre ! Que l'on connaisse votre trajet est sans grand intérêt par contre de passer les portillons plus rapidement voilà une action bien plus intéressante !

Écrit par : stef | 08/07/2008

Pour travailler dans le traitement des données, je suis un chouilla pas d'accord avec Stef (qui a dit : Encore?)
Certes qu'on sache nos allées et venus, on ne voit pas l'intérêt, sauf que ca va encore plus facilité la pollution publicitaire. Stocker des données coute de l'argent, donc je ne pense pas que la RATP/SNCF le fasse pour le plaisir de remplir des Gigas de données pour le plaisir

Une petite lecture : http://www.cnil.fr/fileadmin/documents/La_CNIL/publications/CNIL-28erapport-2007.pdf
A partir de la page 59

Écrit par : sylvain | 09/07/2008

Les commentaires sont fermés.