Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/07/2008

Une ouverture

Voilà qui va ravir les routards – mais lisent-ils ce blog? Et, plus globalement, tous les touristes étrangers qui trouvent exagérément cher l’hébergement hôtelier à Paris, ce qui est d’ailleurs souvent vrai. Une nouvelle auberge de jeunesse est inaugurée ce matin, dans le dix-neuvième arrondissement, les pieds dans l’eau du bassin de La Villette: 275 lits accessibles à un tarif situé entre 17 et 30€. Cela faisait quinze ans qu’on n’avait plus inauguré une auberge de jeunesse à Paris. En plus, ici, le concept est plutôt sympa puisqu’il ne s’agira pas d’un ghetto pour touristes: tous ses lieux de convivialité (bar restaurant, cyber-café, salle de spectacles, etc.) seront accessibles aux jeunes Parisiens.

Double bonne nouvelle, que cette inauguration. Urbanistiquement, c’est une étape supplémentaire qui est franchie dans le vaste programme de rénovation des quais de Seine, à savoir la partie haute du canal Saint-Martin. L’auberge a même pris place dans un des deux Magasins généraux bouclant la perspective du bassin, qui avait été détruit dans un incendie dans les années 90. Petit à petit, en quelques années, grâce notamment à l’arrivée des cinémas MK2 (joli flair urbanistique, décidément), le bassin de la Villette a complètement changé de physionomie. Longtemps délaissé et donc délabré, ce quartier est devenu le paradis des bobos. Et l’ouverture, dernièrement, d’une grande terrasse de bistrot supplémentaire – bénéficiant d’un ensoleillement imprenable – sur le côté sud du bassin est même en train de jouer sur l’ambiance de la place de Stalingrad, jadis si mal famée. Revers de la médaille: désormais, le week-end pendant toute l’année et en soirée pendant tout l’été, ce quartier spectaculairement embelli est évidemment bondé en permanence, donc infréquentable si on n’adore pas la foule.

Bonne nouvelle aussi économiquement, que cette auberge de jeunesse supplémentaire. Car Paris est confrontée à une pénurie d’hébergement hôtelier très bon-marché. Sur l’ensemble de la région, les lieux ne manquent pas (voir ici) et y compris dans leurs formes les plus délicieusement désuettes (les foyers pour jeunes filles, par exemple). Mais dans les lieux d’accueil situés en plein cœur des quartiers animés de la capitale, l’on se bouscule souvent dans toutes les langues et à longueur d’années.

Les commentaires sont fermés.