Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/10/2008

Une quête

Reçu ce matin dans la boîte aux lettres, à la maison, un appel à dons émanant du diocèse de Paris. Accompagné d’une lettre du cardinal André Vingt-Trois, nous assurant de sa prière et nous exhortant à «avancer ensemble dans la lumière». Et un petit tiré à part, format marque-pages bien pratique, avec au recto une photo de Benoît XVI saluant la foule devant la cathédrale Notre-Dame et au verso un «Notre Père».

 

On n’a pas encore trop bien compris pourquoi ni comment nos coordonnées personnelles avaient abouti à l’archevêché, mais on a profité de ce courrier pour consciencieusement y dénicher des tas d’informations passionnantes sur l’église catholique à Paris.

 

Ainsi, si l’on veut contribuer par prélèvement bancaire automatique au «denier de l’Eglise», comme cela s’appelle, le montant minimum est fixé à 10€ par mois. Comme c’est le cas pour toutes les associations agréées, 66% de ces dons donnent droit à une réduction d’impôt. «Par exemple, un don de 100€ vous revient à 34€ après votre réduction d’impôt», explique merveilleusement bien le dépliant de l’archevêché. On y apprend aussi que plus de 500 messes sont célébrées chaque jour à Paris, que 543 prêtres sont en activité dans la capitale, que 23.000 enfants y suivent le catéchisme, que 230 adultes y sont baptisés chaque année et que, dans les 107 paroisses parisiennes, 144.000 personnes vont à la messe chaque semaine – 144.000 sur, pour mémoire, une population de, grosso modo, 2 millions de Parisiens.

 

Pour sensibiliser le lecteur moyen de son appel à dons aux dures réalités matérielles, l’Association diocésaine de Paris y dévoile quelques dessous de ses finances. Ainsi, on apprend qu’un prêtre gagne un salaire mensuel brut de 1000€, que le chauffage d’une paroisse en hiver coûte entre 1500 et 4000 €, et que le budget de l’Eglise catholique de Paris s’élève à 58,2 millions d’euros. Côté dépenses, le plus gros poste est consacré au paiement des salaires des laïcs (16 millions), trois fois plus important que le traitement du clergé (4,9 millions). Côté recettes, l’Eglise catholique de Paris touche 10,9 millions d’euros (=18,8 % de son budget) de ses «produits immobiliers», les «offrandes, cérémonies et messes» lui rapportent 3,2 autres millions (5,5%), et les «recettes troncs, cierges et ventes de charité» 13,5 millions (23,2%).

 

Les «quêtes ordinaires», elles, rapportent chaque année 8,6 millions d’euros à l’archevêché, soit 14,7% de son budget. Ce chiffre nous permet d’être odieusement indiscret et de calculer le montant moyen donné par le fidèle parisien moyen à la collecte à la messe. Si l’on divise la recette annuelle par le nombre de semaines puis de jours de l’année (car comme le rappelle le dépliant: «L’Eglise ne prend pas de vacances, ses services s’échelonnent tout au long de l’année»), on obtient le montant d'une journée de quête dans les églises de Paris: quelque 23.000 euros. Si ensuite on divise ce chiffre par le nombre de fidèles assistant à la messe dans la capitale (144.000 par semaine = en gros 20.500 par jour), cela donne environ… 1€ par collecte et par personne. Ce qui est sans doute honorable, par ces temps de crise.

 

Mathématiquement, si l'on divise le nombre quotidien de fidèles parisiens (20.500) par le nombre de messes tenues par jour dans la capitale (plus de 500), cela donne une quarantaine de participants à chaque office. Ce qui n'est déjà pas énorme. Pratiquement, la majorité des fidèles allant surtout à la messe le dimanche et pas les autres jours, cela doit donner des messes encore moins suivies et des églises donc très très vides en semaine. On comprend mieux, du coup, pourquoi un tel appel à dons.

Commentaires

En tout cas, le cardinal ne sait pas compter. Car si, comme c'est écrit, 66% du don est déductible (pas d'avis là-dessus, je ne suis pas français), et en admettant un taux d'imposition de 50%, un don de 100€ revient en fait à 34€ (partie pas déductible) + 33€ (la moitié des fameux 66%) = 67€.

Enfin, sauf si c'est moi qui me met le doigt dans l'oeil, bien sûr :-)

Écrit par : bruno | 23/10/2008

Les commentaires sont fermés.