Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/12/2008

Une dernière folie?

Les Français vont encore prendre des kilos, ces jours-ci. En effet, on estime qu’à l’occasion des repas de fêtes de fin d’année, ils vont ingurgiter 60.000 tonnes d’huîtres, 13.000 tonnes de foie gras, 40.000 tonnes de saumon (frais ou fumé) et 40.000 tonnes de chocolat!

 

Tiens, au fond, si à cette heure vous commencez à sérieusement stresser parce que vous n’avez pas encore trouvé d’idée de menu pour le repas de Noël, réglez illico ce souci en vous rendant à «L’Atelier des Chefs». Ce site web, dont les fins gourmets parisiens parlent pas mal en ce moment, propose plus d’un millier de recettes (dont notamment des recettes en vidéo), trucs et astuces, le tout mis gracieusement à votre disposition par de grands chefs français.

 

Deuxième tuyau: si vous êtes un peu serrés financièrement, faites une croix sur… les noix de Saint Jacques surgelées. En effet, ce produit fait partie des aliments épinglés dans une récente étude de la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV). Entre le 15 novembre et le 15 décembre, cette association de consommateurs a suivi l’évolution des prix de 75 «produits emblématiques des tables de réveillon». En dépit des apparences et du ressenti que le client moyen peut avoir en déambulant dans les rayons, la majorité de ces prix sont restés stables pendant cette période. Une quinzaine de produits ont même vu leur prix baisser. Les hausses, selon cette étude, n’ont affecté que trois produits parmi lesquels ces fameuses noix de Saint Jacques surgelées, dont le prix a flambé de 72%. Au-delà de cette tendance globalement satisfaisante, l’association s’interroge sur l’ampleur des variations des étiquettes. Ainsi, «des gambas surgelées de la marque U peuvent, en un mois et dans un même magasin, perdre 60% de leur valeur. De même, on a du mal à comprendre pourquoi, à la mi-décembre, on achète des œufs Kinder ‘Spécial Noël’ 30% plus cher selon que l’on fait ses courses chez Carrefour en région parisienne ou chez Leclerc dans le Pas-de-Calais». Moralité: plus que jamais donc, du moins si on en a le temps, il faut comparer les prix avant d’acheter.

 

En cette fin d’année, cela dit, les Français ont déjoué tous les pronostics. La crise internationale aidant, les spécialistes s’attendaient à ce qu’ils réduisent nettement leur budget pour les fêtes. Or, cela n’a pas l’air d’avoir été le cas. Globalement, les grands magasins n’ont pas été moins bondés que l’hiver dernier – et ce à Paris y compris, malgré pourtant une alerte terroriste retentissante. Et la semaine dernière, le volume d’utilisation des cartes bancaires, pour les retraits et les paiements, a atteint 66 millions d’euros, soit une baisse peu importante (0,8%) par rapport à la Noël 2007. De même, le montant moyen par transaction (97 euros) est resté stable.

 

Les Français se seraient-ils dit qu’ils s’autorisaient quelques dernières folies (caloriques comme financières) avant d’affronter une année qui, selon toutes les prévisions, risque d’être rude?

Les commentaires sont fermés.