Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/12/2008

Un chiffre

sdfmetro.jpgLe chiffre a été donné lors d’un journal télévisé, ce week-end: en hiver, et particulièrement par ces temps de grands froids comme à présent, on dénombre entre 300 et 350 SDF habitant dans le métro parisien. A savoir restant à longueur de journées, de soirées et en permanence sur les quais ou dans les couloirs des stations,  pour se protéger du froid de l’extérieur. Etant donné que le réseau de ce métro compte également quelque 300 stations, cela veut dire que, statistiquement, chaque voyageur entrant dans une station de Paris en ce moment a des probabilités de tomber sur un SDF en train d’y croupir. D’année en année, ce nombre est relativement stable, nous précisait-on ce matin à la RATP. Il est trois fois plus important que la centaine de sans-logis qui habitent dans les stations pendant la saison de l’été.

 

Une soixantaine d’agents de la régie s’occupent de cette population. Anciens machinistes ou guichetiers, ils se sont portés volontaires pour remplir cette tâche sociale puis, après formation, ont été détachés à cette fonction. Vêtus de leur blouson «RATP Solidarité», ils patrouillent sur les quais et dans les couloirs des stations pour apporter aide, informations et réconfort aux SDF. Pour leur proposer aussi de prendre le bus du SAMU Social qui, à la nuit tombée, ramasse dans chacune des stations les clochards désireux d’être conduits dans les centres d’hébergement.

 

A cet égard, la RATP n’ a pas anticipé le projet gouvernemental controversé consistant à contraindre, par grands froids, les SDF à accepter les offres d’hébergement. «On n’impose rien», assure-t-on à la régie. «Tout se passe de manière très humaine. L’objectif est de leur apporter du réconfort et absolument pas de les virer et de les mettre dehors». Est-ce à dire que les clochards sont autorisés à dormir dans les stations après la fermeture de leurs portes? Pas de réponse précise à cette question. En revanche, la RATP confirme que ces usagers particuliers du métro bénéficient d’une tolérance: ils ne sont ni contrôlés ni sanctionnés pour n’avoir pas de titre de transport en règle. 

Les commentaires sont fermés.