Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/02/2009

Un changement

Travaux en cours sur la ligne 1: une des plus longues et fréquentées du réseau de métro parisien, notamment par les touristes puisqu’elle relie des lieux aussi courus que le Louvre, le Marais, Bastille, les Champs ou les Tuileries. Station après station – on en est à présent à 'Palais royal-Musée du Louvre' – , la RATP est en train d’équiper les quais de cette ligne de portes palières. Ce changement n’est pas qu’esthétique. Ce dispositif, en effet, avec les «fosses anti-suicide» (relire ici), vise à dissuader les candidats au suicide à se jeter sur les voies à l’approche des trains.

 

C’est le moment précis que choisit la SNCF pour divulguer ses statistiques en matière de suicides. Le bilan est assez catastrophique, en région parisienne en tout cas (*). En 2008, le ‘Transilien’ (le nom du réseau de chemin de fer de Paris et sa banlieue) a enregistré en moyenne un suicide ou une tentative de suicide tous les deux jours. C’est  22% de plus qu'en 2007. Au total, cela donne 181 cas ou tentatives de suicides, contre 148 en 2007. L'augmentation des suicides est particulièrement sensible aux heures de pointe (+72 % en un an). D’où un impact sur la circulation des trains: en 2008, sur les lignes de la banlieue parisienne, près d'un retard sur dix a été dû à un suicide. Soit 5000 trains annulés ou retardés par an pour ce type d’accident.

 

La SNCF, du coup, a décidé de saisir le taureau par les cornes. Elle va former ses agents afin de les aider à mieux repérer, sur les quais, les personnes à risque de suicide. Elle va aussi communiquer sur une des conséquences particulièrement horribles de ce type de geste désespéré, de manière à tenter d’en dissuader les candidats: comme l’expliquait hier un responsable du ‘Transilien’, «contrairement à une idée reçue, on ne gagne pas à tous les coups en se jetant sous nos trains: il y a 50% de tentatives ratées, et les conséquences sont terribles». Surtout, les usagers des transports pourront remarquer bientôt un changement important. La SNCF, en effet, va «cesser de faire du suicide un tabou». Concrètement? Dans ses annonces au public lors des retards causés par ce type d’événement, elle ne parlera plus pudiquement d’«incident voyageur» ou d’«accident de personne». Elle précisera carrément qu’il s’agit d’un suicide ou d’une tentative.

 

Le parler vrai. C’est déjà cela. Cela ne réglera sans doute pas fondamentalement les choses, mais ne pourra qu’y contribuer.

 

 

 

(*) Sans que l'on sache vraiment pourquoi, le bilan est (un peu) moins dramatique en ce qui concerne le réseau de la RATP, où l’on a noté en 2008 une légère baisse des suicides ou tentatives: 195 contre 220 l’année précédente.

Commentaires

Nombres effarants. Tant d'Anna Karenine?
Pourra-t-on jamais empêcher les suicides? L'objectif est sans doute plus réaliste, voire plus commercial.

Écrit par : Tania | 11/02/2009

Les commentaires sont fermés.