Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/03/2009

Un oubli

Dernièrement, on a beaucoup parlé dans ce blog des problèmes, de propreté notamment, qui se posent dans les gares à Paris – à Saint-Lazare singulièrement. Depuis hier, c’est officiel: en région parisienne, «les gares sont dans un état médiocre». La situation y est même «catastrophique». C’est ce qu’on lit textuellement dans un gros rapport sénatorial qui a été remis hier au Premier ministre François Fillon.

 

Ce document reconnaît que le réseau de transports en commun en région parisienne est «au bord de l’asphyxie». Il énumère sans ménagement les «dysfonctionnements» du RER A: «saturation des lignes, attente de 20 à 25 minutes dans les gares dans le vent et le froid, suppression régulière de trains, etc.». Sans oublier, dans tout le réseau: «escaliers mécaniques en panne, sonorisation défaillante, portes bloquées, couloirs orphelins, éclairages défectueux», et on en passe. Le rapport s’alarme du fait qu’en région parisienne, «la qualité de l’exploitation ferroviaire se dégrade régulièrement, du fait d’une infrastructure saturée et de l’augmentation régulière des voyageurs». «Le paradoxe est grand: «les stations et gares de l’Île-de-France accueillent une forte proportion de la population, mais dans des conditions médiocres: les abris des quais sont courts, les passerelles globalement mal tenues et rarement couvertes, les gares petites et peu utilisées pour l’attente, car situées en dehors des flux. La visite de ces gares est éclairante sur les conditions de traitement qui sont quotidiennement infligées aux voyageurs». Le chef du gouvernement est donc invité à combler «les retards d’investissement, (qui) sont aujourd’hui considérables», via un programme de grands travaux.

 

Le constat de l’état déplorable des gares parisiennes étant désormais officialisé, on peut toutefois s’étonner d’un grand oubli dans ce rapport. D’une absence flagrante. Sauf erreur – le document est tellement volumineux qu’on n’a eu le temps que de le survoler –, pas une fois, dans les 298 pages de ce rapport, est-il fait allusion à des usagers pourtant très réguliers et si visibles des gares à Paris et dans sa région: les SDF.

 

Pourtant, cette présence a déjà valu à la SNCF de se faire copieusement admonester par l’Etat. C’était il y a quelques semaines. En visite à la gare de Paris-Nord, le préfet délégué aux mal-logés avait vertement critiqué la compagnie de chemins de fer. Ce jour-là, en effet, devant la gare, cinq SDF campaient sur des cartons. «Ils ne doivent pas être là!», avait explosé le préfet. «C’est une des plus grandes gares d’Europe. Quand les gens voient (ces SDF sur) le parvis, ils se demandent ce que fait  la SNCF. On ne peut pas accepter ça! On sait qu’il y aura toujours des personnes en difficulté dans les gares, mais il faut qu’il y en ait moins !» Très embarrassés par cette engueulade publique, les responsables de la SNCF avaient bredouillé que «dans toutes les gares de Paris, le nombre de sans-abri et d’errants a diminué». Des mesures, en effet, ont été prises: des cheminots ont été formés pour orienter les personnes en errance dans les gares, des points d’accueil ont été créés à leur intention, les maraudes ont été renforcées, etc. Pendant les grands froids, la SNCF a même aménagé des places d’accueil spéciales pour les SDF dans un train stationné en gare de Paris-Bercy. «On cherche en permanence un équilibre entre empathie et fermeté», avait expliqué à l’époque un directeur des gares parisiennes. «On n’est pas là pour évacuer les SDF des gares, mais pour empêcher leur fixation dans des endroits où ils ne peuvent pas bien vivre».

 

Le préfet délégué, démonté, avait néanmoins réclamé à la SNCF «des objectifs plus volontaristes» en la matière. «Mais pour trouver des solutions pérennes, il faut que l’Etat s’engage», avait rétorqué, en «off» un dirigeant de l’entreprise. Le passage complètement sous silence de cette question dans le rapport sur les gares remis hier à François Fillon montre qu’on en est encore loin.

Les commentaires sont fermés.