Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/03/2009

Une pyramide

Depuis ce matin, à 6 heures, a pris fin la période annuelle dite de la «trêve hivernale», au cours de laquelle les locataires qui ne paient pas leur loyer sont protégés contre toute mesure d’expulsion de leur logement. Pour commémorer cette reprise des expulsions, l’association Emmaüs a érigé ce matin, sur le parvis central de la place de la République, une spectaculaire pyramide de plusieurs dizaines de matelas.

 

Les compagnons de l’abbé Pierre réclament, vu la crise qui endette d’innombrables gens, l’instauration d’un moratoire sur les expulsions locatives. Selon eux, seule cette «mesure de sauvegarde publique» est à même d’éviter l’expulsion de 100.000 à 200.000 familles de leurs logements. Le gouvernement, lui, s’y refuse catégoriquement. Pour la ministre du Logement, Christine Boutin, qui était sur toutes les radios ce matin, un tel moratoire est exclu, car il entretiendrait «la mauvaise foi» de mauvais locataires prétextant de difficultés financières pour ne pas payer leur dû à leurs propriétaires. En gros et en clair, donc: cette mesure servirait avant tout non les vrais pauvres mais les profiteurs de la crise. Le gouvernement se refuse aussi à toute réquisition des logements vides. En lieu et place (ici), il promet que plus aucune expulsion ne sera effectuée sans qu’au préalable une solution de relogement ait été proposée. Mais, pour les associations, il ne s’agit que d’un faux-nez hypocrite : ce n’est pas en hébergeant quelques jours les familles à la rue dans un réseau déhébergement d’urgence déjà sursaturé que l’on règlera le problème de l’impact de la crise sur le mal-logement.

 

Devant ce véritable dialogue de sourds, la préfecture de police de Paris, ce matin, s’est attachée avant tout à veiller à l’essentiel: à s’assurer que l’opération coup de poing d’Emmaüs sur la place de la République n’embarrasse pas trop le trafic automobile dans la capitale, dans ce nœud de circulation que cette place constitue pour tout l’Est parisien. On a les priorités que l’on veut/peut.

Les commentaires sont fermés.