Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/03/2009

Un emballement

Des semaines qu’on ne voit qu’elle à Paris: sur la plupart des panneaux publicitaires qui ornent les colonnes Morris ou les kiosques à journaux, dans les rues, ainsi que sur les affiches dans le réseau des transports en commun de la capitale. Elle? Emilie Dequenne, la comédienne belge. Qui marche dans la ville, sur fond d’un RER passant derrière elle, perché sur un viaduc. Dans le dernier film d’André Téchiné, qui sort demain en France (en Belgique aussi), elle incarne «La fille du RER». Avant de poursuivre plus bas la lecture de cette note, la bande de lancement de ce film.

 

Il s’agit d’une histoire vraie. Celle de «la fausse agression du RER D», comme on l’a appelée à l’époque. L’histoire de Marie L., une fille de banlieue un peu paumée, un peu mytho. Qui, en juillet 2004, inventa de toutes pièces une agression à caractère antisémite dont elle disait avoir été victime dans son train de banlieue, en compagnie de son bébé en poussette. Un récit assorti de détails particulièrement abjects. Ainsi, ces croix gammées qui, avait-elle dit, avaient été gravées sur son ventre par ses agresseurs. Ainsi encore, la passivité des nombreux usagers du RER qui, selon elle, n’avaient pas réagi à son calvaire.

Cette affaire fut à l’origine d’un des plus spectaculaires emballements médiatiques et politiques de ces dernières années en France. Les médias et les politiques réagirent au quart de tour à ce fait divers, prirent pour argent comptant les déclarations de la jeune femme. On était alors deux ans après la campagne présidentielle de 2002, qui s’était focalisée sur l’insécurité, et un an avant la flambée des banlieues. Problème? Les dirigeants eurent beau dire tout l’«effroi» que leur inspirait cet acte «ignoble», ce dernier s’avéra rapidement être… une affabulation. Quelques mois plus tard, la jeune femme fut jugée pour dénonciation de délit imaginaire. Elle encourait six mois d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende. Finalement, elle fut punie de quatre mois avec sursis et de deux ans de mise à l'épreuve avec obligation de soins. «Je voulais qu'on s'occupe de moi», s’excusa l’affabulatrice. «J'avais conscience du mensonge, mais je ne pensais pas que ça allait aller aussi loin». Commentant plus tard l’affaire, qu’il jugea «regrettable», le Président Chirac estima qu’elle était « une «séquelle du «mauvais climat en France».

Cinq ans plus tard, donc, André Téchiné consacre un film à «la fausse agression du RER D». Y risque même un casting totalement à contre-emploi: ainsi, Catherine Deneuve en mère de famille banlieusarde habitant un petit pavillon modeste. On est curieux de voir comment le cinéaste, qu’on aime généralement plutôt bien, va s’en sortir dans l’adaptation cinématographique de cette affaire déjà en soi si rocambolesque. On n’est pas sûr qu’entre-temps, le climat en France – en termes de de rapports humains et de respect mutuel, notamment  – se soit fondamentalement amélioré.

Commentaires

"Le climat en France – en termes de de rapports humains et de respect mutuel notamment" n'a jamais été bien terrible. Il n'y a pas de convivialité car depuis toujours le pouvoir étatique dresse les gens les uns contre les autres et joue avec leurs différences. Il n'y a pas de respect mutuel car les gens ne sont pas respectés d'en haut. Que ce climat s'aggrave en raison de la crise économique et de la décomposition de la société est très probable. Ca doit être tout simplement épouvantable.

Écrit par : ShereKhan | 21/03/2009

Bonjour,

Le thème principal du film est abordé dans une réplique de la fin de la bande annonce :

"Une faute a été commise au plus haut niveau de l'Etat. Ils ont quand même délibérément choisi de communiquer sur un dossier judiciaire vide. Ce n'est pas cette pauvre fille, c'est eux qui ont fabriqué l'affaire du RER."

Ce film ne traite pas d'un fait divers ou de la mythomanie, mais de la manipulation des médias aux fins de propagande politicienne. Ce qui ne s'est pas amélioré depuis que Sarkozy est président (cf. le baromêtre l'exposition médiatique de "l'omniprésident" dans le Figaro).

Voir, sa satisfaction sur ses grands succès diplomatique. Sarkozy va bientôt faire dire à ses journaux qu'il a conseillé Obama sur sa position à propos de la Turquie...

Merci pour cette note qui présente un film important.

Écrit par : Annie | 07/04/2009

Depuis le temps que je le dis et répète que les médias actuels sont une plaie pour notre monde.

Écrit par : sylvain | 14/04/2009

Les commentaires sont fermés.