Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/04/2009

Une tribu (suite)

ruedesidentitaires.jpgDébut avril (ici), on avait parlé dans ce blog du «Projet Apache», sur lequel on était tombé par hasard en déambulant à Bastille. Par cette action menée dans Paris en ce moment, un groupuscule d’extrême droite, à l’aide notamment de pochoirs apposés sur le macadam, fait l'analogie entre cette tribu indienne disparue et les habitants de Paris, qui seraient menacés dans leur identité culturelle par des envahisseurs étrangers. On disait que ces militants dits «identitaires» étaient peu nombreux. S’est-on trompé? Ou compensent-ils leur faiblesse numérique par un activisme très énergique et/ou très bien organisé?

 

Toujours est-il que, depuis qu’on a écrit cette note, notre onzième arrondissement a été littéralement envahi par les signatures picturales de ces individus. Au point qu’aux entrées des stations de métro situées sur les grands boulevards, par exemple, il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir ces pochoirs apaches, qui ont été tagués un peu partout. Dernière initiative en date de ces militants d’extrême droite: les potelets des rues du quartier ont été couverts de stickers à l’effigie d’Indiens à plumes, accompagnées d’un slogan en lettres capitales : «Pour ne pas finir comme eux».

 

Quand on n’est pas obsédé par les questions d’identité, et certainement pas par l’«identité nationale», cela fait vraiment bizarre de constater au saut du lit de grand matin, que, dans le courant de la nuit, la rue que l’on prend chaque jour pour aller au boulot a été, comme d’autres dans le quartier, rebaptisée «Rue des identitaires parisiens» par une nuée d’autocollants apposés sur les potelets.

 

Sinon – on n’écrirait pas «A propos», parce que ce serait potentiellement diffamant et parce que c’est à la justice, et non à nous, d’établir d’éventuels liens  – , une annexe du Mémorial de la Shoah située dans le Marais vient d’être profanée par une croix gammée, taguée en pleine nuit. Samedi déjà, avait subi le même sort un wagon du Mémorial de Drancy, ville de banlieue parisienne d’où des milliers de Juifs furent envoyés vers les camps d’extermination.

 

Il y a décidément des mauvaises ondes en ce moment, la nuit dans Paris et sa région.

Les commentaires sont fermés.