Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/05/2009

Une cohabitation

pistecyclable.jpgOn parlait mardi de Vélib’ et de l’incroyable succès qu’il connaît à Paris, depuis bientôt deux ans. L’extraordinaire engouement des Parisiens pour le vélo ne va pas, parfois, sans poser quelques problèmes de cohabitation sur la voie publique. C’est encore ce que l’on vient de constater, hier soir et avant-hier soir.

 

Hier, sortant de la station de métro ‘Porte dorée’, près du Bois de Vincennes, on a  vu une femme avec un bébé dans une poussette copieusement se faire insulter par un cycliste. Parce que, voulant passer du trottoir au passage piétons pour traverser la rue, elle s’était imprudemment et sans s’en rendre compte aventurée sur la piste cyclable, qui à cet endroit mange une partie du trottoir. Le cycliste avait dû piler en catastrophe pour l’éviter, elle et son enfant. Idem la veille au soir boulevard de Magenta cette fois, non loin de la place de la République. Là, le piéton était une ado, iPod sur les oreilles. A un moment, elle s’est légèrement écartée, rognant sur la piste cyclable ici aussi intégrée au trottoir. Deux cylistes arrivaient dans son dos, roulant à tombeau ouvert. Absorbée par sa musique, l’ado n’a pas entendu leurs coups de sonnette rageurs. Pour l’éviter,  les cyclistes ont dû dévier brutalement sur la chaussée, l’un d’eux manquant de se prendre un taxi. D’où, là aussi, jurons, insultes, etc.

 

Ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, qu’on assiste à ce genre d’incidents à Paris. Avec le temps, d’ailleurs, on a appris à se méfier comme de la peste de ces trottoirs qui sont en même temps des pistes cyclables. Au demeurant, c’est probablement parce que la dangerosité de ce type d’aménagements est avérée que, tous les cinq mètres, ils arborent de grands marquages au sol disant «ATTENTION PIETONS». Mais manifestement, ce n’est pas suffisant. Ou, en tout cas, ces trottoirs partagés sont encore trop nouveaux dans la capitale pour que les Parisiens, cyclistes comme piétons, s’y soient habitués.

 

Il n’y a d’ailleurs pas qu’à Paris que le problème se pose. Et ces pistes cyclables pourraient bien, un jour, fortement embarrasser l’équipe du maire, Bertrand Delanoë.

 

pistecyclable2.jpgEn effet, à Marseille récemment, le tribunal administratif a interdit la circulation sur un tronçon de la piste cyclable de l’avenue du Prado: une bande aménagée sur le trottoir exactement comme au boulevard de Magenta. Jugeant la cohabitation entre cyclistes et piétons trop dangereuse pour ces derniers, et notamment pour les personnes âgées ou les mamans avec des poussettes, un particulier avait saisi le tribunal administratif. Qui lui a donné raison. Désormais, ladite piste cyclable peut uniquement être empruntée par «les enfants de moins de 8 ans à conservant une allure au pas et n'occasionnant pas de gêne aux piétons». Une signalisation ad hoc oblige dorénavant tous les autres cyclistes à se rabattre sur la chaussée car, sur le trottoir, l’on présume qu’ils rouleraient trop vite et donc mettraient en danger les autres usagers.

 

On imagine déjà le tumulte à Paris si une telle décision de justice venait à faire jurisprudence et si, à la suite de plaintes de piétons parisiens, elle devait être appliquée porte Dorée ou boulevard de Magenta. La mairie n’aurait n’autre choix que de refaire tous ces aménagements qui ont déjà coûté tant d’argent, de travaux et de désagréments. Théoriquement, il y aurait bien une alternative: forcer les cyclistes et vélibeurs à rouler au pas sur ces espaces partagés. Mais on peut d’ores et déjà oublier cela. On a pu le constater tant de fois, à l’heure de la sortie des bureaux par exemple: à Paris, les cyclistes sont d’abord et avant tout… des Parisiens. Donc, le plus souvent, ils roulent très vite. Tout Parisien digne de ce nom se devant évidemment d’être (ou de donner l’impression d’être) pressé. Ca c’est Paris. 

 

Commentaires

Ces aménagements nécessaires mais meurtriers de par leur conception, sont produits par des cerveaux malades particulièrement pervers, des fonctionnaires de l'ombre irresponsables surpayés qui ne les utiliseront et subiront jamais au quotidien.

Ils incarnent une hypocrisie redondante : l'incompétence coupable et l'inutilité à vomir des soi disant responsables politiques.

De couloir de bus coupe gorge en tramway limaçon, de piscine qui coule en sanisettes bunkers, de bétonnage en tronçonnage du paysage urbain pour achever de dégénérer les veaux bobos élevés en cage, etc., etc., cette mandature est une escroquerie catastrophique qui va coûter extrêmement cher aux générations de contribuables futures.

C'est cela le développement durable de toute une caste de parasites, au détriment du progrès dont ils sont le chiendent.

L'herbe est définitivement ailleurs.

Écrit par : gabegie enrobée | 30/05/2009

Les commentaires sont fermés.