Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/06/2009

Un ticket (virtuel)

métroquai.jpgC’est le jour où jamais pour parler technologie, puisque, ce vendredi, débarque en France l’iPhone 3GS, le dernier smartphone d’Apple. Dans les transports parisiens bientôt, a-t-il été annoncé au début de cette semaine, un (petit) stress sera épargné aux usagers. Celui de se rendre compte, au dernier moment avant de franchir le tourniquet du métro, qu’on n’a plus de ticket en poche ou dans le portefeuille et qu’il faut donc rebrousser chemin, direction les guichets, en se coltinant au passage les récriminations de la foule qui piétine dans votre dos pour accéder au plus vite au métro. Ou le (petit) stress, quand on n’a pas une minute à perdre voire qu’on est déjà en retard, de devoir, pour acheter un titre de transport, faire la queue devant des automates invariablement bondés, si lents et/ou hors service. D’ici à 2010 à Paris, ces opérations seront beaucoup plus simples puisque, pour les effectuer, il suffira de dégainer son téléphone portable.

 

En effet, le ticket de métro (voire à terme l’abonnement) pourra devenir virtuel et être intégré au téléphone. Pour accéder aux quais, il suffira donc d’approcher son portable d’un lecteur magnétique afin de valider ce ticket virtuel qui, via le téléphone, aura été acheté n’importe où, de chez soi par exemple. Sur son téléphone toujours, on pourra dénicher les itinéraires les plus pratiques, contrôler l’état du réseau (pannes, grève, etc.), se renseigner sur les tarifs les moins chers, télécharger son abonnement, donner un ticket à quelqu’un d’autre ou, pour les touristes par exemple, tenter de s’y retrouver dans les correspondances entre métros, bus, RER ou tramways. Autant d’opérations que l’on pourra donc bientôt faire dans le calme à partir de son portable, plutôt que dans l’agitation bruyante et bousculée des stations du métro parisien.

 

C’est ce qu’on appelle la «billettique» électronique. Elle sera permise par le recours à la technologie NFC (Near Field Communication, connexion radio à courte distance), qui permet déjà aux détenteurs du pass «Navigo» de valider celui-ci en l’approchant de la borne au passage des tourniquets.

 

metrocouloirsencore.jpgA propos, depuis pas mal de temps, le débat fait rage à Paris au sujet du respect de la vie privée des usagers des transports publics et des dangers que représenterait une traçabilité de leurs déplacements, rendue possible par ces nouvelles technologies (relire ici ou ). Voulant sans doute désamorcer la controverse, l'organisme qui gère les transports en région parisienne a, dès l’annonce du lancement de cette «billettique» électronique, promis qu’il serait «particulièrement vigilant à conserver l’anonymat des déplacements» de ses clients. Autre engagement: le recours à cette nouvelle technologie n’entraînera «aucun surcoût pour le voyageur».

 

Deuxième innovation annoncée dernièrement en France, relative aux téléphones portables: le ministère de l’Ecologie a confirmé qu’il réfléchissait à la mise en place d’un système de consigne pour ces appareils, similaire à la consigne frappant depuis des lustres certains récipients en verre. Ce ne serait pas un luxe. Les Français, en effet, changent en moyenne tous les 18 mois de téléphone portable. Logique: depuis la fameuse époque des portables à 1 franc, ce produit de consommation a toujours été moins cher à l'achat (mais pas forcément à l'utilisation) en France que dans les pays voisins. Bientôt, les utilisateurs de mobile dans l'Hexagone auront la possibilité de rapporter leur ancien modèle dans les points de vente. En échange de quoi, leur serait remboursée la légère augmentation (de 2 à 5€) de l’«écoparticipation» demandée lors de l’achat.

 

Un petit geste donc a priori indolore pour le portefeuille, mais pas inutile pour l’environnement. Même s’il ne changera fondamentalement rien aux conséquences écologiques désatreuses de cette course consumériste un peu hystérique, qui rend tout appareil électronique invariablement dépassé, six mois après son lancement, par le modèle suivant lancé sur le marché à grand renfort de publicité. Ce qui, chaque année, fait aboutir dans les poubelles et décharges de France des tonnes de matériel électronique souvent en parfait état de marche mais prématurément délaissé par l’utilisateur soucieux d'être toujours au goût du jour, y compris technologiquement.

Commentaires

Très bien, comme cela, on pourra recevoir dans la minute des pubs SNCF et RATP sur son mobile...

Écrit par : sylvain | 19/06/2009

Il me semble qu'il est déjà possible depuis plusieurs mois de rapporter son téléphone dans les magasins, de même que tous les autres produits électroniques. Il faut reconnaître que les distributeurs participent volontiers au recyclage. J'ai déjà déposé ainsi plusieurs équipements qui furent tous acceptés sans difficultés.
Cordialement.

Écrit par : Juntos | 21/06/2009

Les commentaires sont fermés.