Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2009

Une victoire

saintevictoire_cezanne.jpgUn peu d’air frais de la campagne, un parfum de vacances et même des senteurs de Provence aujourd’hui dans ce blog. Voilà qui ne pourra pas faire de mal aux Parisiens alors que, ce mardi encore, comme c’est si souvent le cas ici en périodes de chaleur, on va suffoquer à cause de la pollution. Le gouvernement a enfin tranché hier dans le dossier si controversé du tracé de la future ligne ferroviaire à grande vitesse qui, à l’horizon 2025, mettra Paris à 3h50 seulement de Nice. Cela faisait des mois que, dans le Midi, l’on attendait cette décision. «Respectons la Provence de Cézanne!», s’étaient ainsi mobilisés les élus de la région d’Aix-en-Provence. En cause? Un des deux tracés envisagés traversait le Haut-Var et longeait la Sainte-Victoire, la montagne immortalisée par le grand peintre. Ce tracé semblait avoir les faveurs du gouvernement, car il était plus rapide et moins coûteux (en gros: 8 à 10 milliards au lieu de 15) que son alternative, passant par Marseille et Toulon. «Ne sacrifions pas les paysages de la montagne Sainte Victoire, promis à un classement au patrimoine mondial de l’Unesco, pour gagner 10 minutes en 2020!», insistaient ces opposants. Lundi soir, ils ont été entendus.

 

Le gouvernement, en effet, a fait part de sa préférence pour le tracé qui traverse les grandes métropoles méridionales plutôt que la campagne aixoise. Et a promis que ce futur TGV Paris-Nice «empruntera les lignes ou emprises existantes. A défaut, les solutions d'enfouissement seront massivement privilégiées pour protéger le riverains, la biodiversité, les espaces remarquables ainsi que les exploitations agricoles et viticoles».

 

Si le tracé choisi lundi constitue une victoire pour les admirateurs de Cézanne, s'il est présenté comme étant le moins destructeur de l’environnement et du patrimoine, les opposants à toute ligne à grande vitesse provençale ne désarment pas. Eux mettent en avant les atteintes qui seront causées à la Plaine des Maures, qui vient d’être classée Réserve Naturelle Nationale. Ou refusent que le Var et les Bouches du Rhône deviennent «la poubelle des Alpes maritimes», par l’afflux de déchets qui sera généré par les «milliers de touristes supplémentaires sur la région niçoise ainsi que des milliers de nouveaux résidents suite au développement inévitable des résidences secondaires dans les Alpes Maritimes».

 

tgv.jpgIls contestent même l’argumentation gouvernementale selon laquelle le développement du réseau ferroviaire est écologiquement correct. Et d’interroger: «Œuvrer pour le développement durable, est-ce détruire des paysages entiers avec des explosifs? Raboter des collines, trouer des montagnes? Dévier des cours d'eau, polluer et assécher des nappes phréatiques? Accélérer la disparition d'espèces végétales et animales protégées, menacer l'existence d'autres espèces? Sinistrer entièrement les territoires situés le long de la ligne, entraînant la désertification des régions concernées? Etre sources d'incendies? Consommer une énorme quantité d'énergie? Recouvrir la France entière de lignes à très haute tension?»

 

«Provença resistirà!!!», préviennent déjà ces anti-LGV Paca. On verra ces activistes à l’œuvre la semaine prochaine notamment, à l’occasion du passage du Tour de France dans la région. Cet été dans le Midi, on ne va sans doute parler que de ce dossier.

Commentaires

Voilà une contestation mille fois justifiée!! dossier à suivre...

Écrit par : claire | 30/06/2009

De toute façon, qu'on le fasse n'importe où, ca gènera... alors supprimons le train et les avions et en avant les diligences !

Écrit par : sylvain | 01/07/2009

Les commentaires sont fermés.