Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/07/2009

Une curiosité

metrointerieur2.jpgDepuis mercredi, on le disait hier, le café est censé être moins cher à Paris. A vérifier. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que, depuis le même jour dans cette ville, les transports publics sont eux (un peu) plus chers. A la RATP, par exemple, le prix du carnet de 10 billets est passé à 11€60.

 

C’est tout de même un peu curieux, cette nouvelle et énième augmentation, s’est-on dit mercredi soir encore, en achetant notre titre de transport. Car, bon, on n’est pas économiste, mais on avait cru comprendre que, pour la première fois depuis les années 60, les prix étaient globalement en recul en France (voir ici). De même, on avait cru entendre, dernièrement, que l’ensemble de la zone euro venait de connaître elle aussi, et carrément pour la première fois depuis la création de cette zone en 1999, un recul des prix à la consommation. Au point que certains économistes avaient mis en garde contre un risque de déflation. A Paris, malgré tout, les tarifs des transports publics augmentent. Cette curiosité est due, apprend-on (ici), «aux besoins qui sont considérables» et à la nécessité d’«équilibrer les différents modes de financement».

 

Il n’empêche, sur le fond, au risque de paraître tartouille, il y a une chose qu’en ce moment, on ne comprend pas trop, comme sans doute la plupart des Parisiens et des Français moyens. D’une part, cette moindre inflation est invoquée en défaveur de la population lorsqu’il s’agit, par exemple, de moins revaloriser que d’habitude des prestations sociales ou le salaire minimum. Mais d’autre part, elle n’est plus invoquée en faveur de cette population lorsqu’il s’agit d’adapter les tarifs comme ceux des transports publics. Donc, finalement, cette histoire d'inflation joue toujours en défaveur des gens.

 

Il n’y a d’ailleurs pas que les tarifs du métro qui, hier, ont augmenté. Pour le RER, c’est pareil. Et, à la SNCF, les trains Intercités, Corail, Téoz et TER sont en moyenne 3,4% plus chers. Cette dernière hausse, nettement supérieure à l’inflation, a fait réagir la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT), qui a trouvé cette augmentation «très élevée» et «tout à fait anormale».

 

metrointerieur.jpgLes usagers du métro et du RER parisiens, eux, n’auront sans doute aucune envie de se prendre la tête avec ces augmentations de tarifs, eux qui, par ces jours de grandes chaleurs, doivent déjà déployer tant d’énergie pour supporter la canicule étouffante régnant dans les trains. Tiens, au fond, l’installation enfin, dans les métros de Paris, d’un système de ventilation un peu efficace – comme il en existe dans tant de mégapoles mondiales pourtant bien plus chaudes: cela ne pourrait pas être considéré par la RATP comme faisant partie des «besoins considérables»? Et bénéficier d’une partie des produits générés par cette nouvelle augmentation de tarifs?

Commentaires

peut on m'expliquer pourquoi ne ne peut lire (en France) le papier une amité... (en 3ème position ds la liste)
Merci!

Écrit par : Marie75 | 03/07/2009

"Et bénéficier d’une partie des produits générés par cette nouvelle augmentation de tarifs?"
Depuis quand on bénéficie des augmentations? On aurait pas des transports aussi merdique...

Écrit par : sylvain | 13/07/2009

par contre dans le service public belge, l'indemnité kilométrique lorsque vous utilisez votre voiture a été diminuée...

Écrit par : Thierry | 14/07/2009

Les commentaires sont fermés.