Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/08/2009

Un été

Nous (y) revoici. Après un été radieux. Si d'aventure, cela vous avait échappé: ces dernières semaines, il a fait vraiment splendide à Paris. Ce n’était pas gagné d’avance. Cela faisait, si l’on compte bien, trois étés consécutifs que la météo estivale avait globalement été pourrie dans la capitale. Du coup, on y a passé beaucoup plus de temps que prévu. A profiter de l’été, à savourer la ville.

 

Cela dit, ce n’était pas tous les jours, ni à tous les instants, agréable. Car, lorsque le thermomètre s’affole en région parisienne, il est en tout cas un endroit où c’est très pénible à vivre: dans les transports en commun.

 

Dans le métro, cela va encore. Même si, sur certaines lignes (la ligne 4, par exemple), il y fait notoirement torride. C’est surtout dans le RER que c’est épouvantable. On se l’est redit à plusieurs reprises cet été, en prenant ces trains de banlieue: mais quand donc y installera-t-on un système de climatisation digne de ce nom? Ce ne serait pas du luxe, la canicule transformant ces trains en véritable fournaise. Si, en août, quand il n’y a pas encore trop de voyageurs, c’est (à la limite du) supportable, sans doute les millions d’usagers quotidiens des transports publics parisiens, en ce moment sur le chemin du retour des vacances, sont-ils en train de craindre le pire pour la rentrée. Quand ce sera à nouveau la cohue sur les quais, dans les couloirs et dans les rames. En effet, si en septembre la température atteint, comme ce mois d’août, les 35 degrés à l’extérieur, à l’intérieur du RER, pour tous ces gens, ce sera un véritable calvaire.

 

En tout cas, vu cette météo splendide, une des images qu’on aura gardées de cet été urbain radieux est celle de ces nombreux Parisiens aperçus dans le métro, qui, après avoir dévalisé les magasins d’électroménager, rentraient chez eux en portant à bout de bras de lourds paquets dans lesquels on devinait des ventilateurs. Vivre dans cette ville est un bonheur, une chance et un luxe. Mais, quand la canicule règne et qu’on habite dans un appart’ exigu, situé qui plus est sous les toits – c’est cela aussi, Paris: tout le monde n’y vit pas dans de vastes appartements haussmaniens... – , survivre sans ventilateur a l’air impossible.

 

Au moins dans la capitale, crise économique ou pas, ces commerces-là auront-ils fait des affaires, ces dernières semaines.

Commentaires

A la limite du supportable?? Venez donc prendre un RER, qui vient de passer la journée stationnée en plein soleil... N'oubliez pas votre serviette pour le sauna.

Écrit par : sylvain | 24/08/2009

Les commentaires sont fermés.