Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/12/2009

Un voeu pieux?

Les Français peuvent désormais se laisser entraîner jusqu’«au bout de la nuit » par «les démons de minuit». Comme le chantait le groupe Images – «J'veux un disque/De Funky Music/Il faut que ça danse/J'aime cette fille/Sur talons-aiguilles/Qui se déhanche»; monument s’il en est d’une certaine culture hexagonale que cette ritournelle. Jusqu’au bout de la nuit car, on l’a appris lundi, on peut dorénavant danser jusqu’à 7 heures du matin dans les discothèques de France. Le gouvernement, en effet, vient de satisfaire une revendication vieille de trente ans des exploitants de boîtes de nuit. Jusqu’à présent, l’heure de fermeture de ces lieux variait selon le département.

 

Le monde de la nuit est ravi (lire ici) de cette harmonisation. Qui, selon lui, a notamment un intérêt en termes de sécurité routière. En effet, elle pourrait limiter «le nomadisme»: le fait,  pour les clients de discothèques fermant avant d’autres, de prendre leur voiture et de se ruer vers des établissements eux ouverts plus tard, situés dans des départements voisins voire dans des pays voisins – on connaît bien cela à la frontière franco-belge. Cette transhumance festive nocturne étant souvent alcoolisée, elle entraîne nombre d’accidents de la route. «Qui plus est, à 7h du matin, les clients pourront utiliser les transports en commun», ajoutent les patrons de de boîtes de nuit. Enfin, le gouvernement a généralisé l’«heure blanche». Une heure et demie même, de 5h30 à 7h du mat’ précisément: pendant ce temps, aucune boisson alcoolisée ne pourra être servie aux clients des discothèques, ce qui leur permettra d’un peu dessoûler avant de reprendre le volant.

 

Laisser danser jusqu'au petit matin en boîte de nuit permettra-t-il donc de sauver des vies? Depuis lundi, dès que cet argument avait été brandi, on était assez sceptique. Il faut vraiment ne jamais être sorti un dimanche à 7h du mat' d'une boîte de nuit située le long d’une route départementale pour prétendre qu’on y trouve aisément des bus. Et, un fêtard motorisé mort bourré à 5h30 n’aura pas assez dessoûlé 1h30 plus tard pour pouvoir prendre le volant en toute sécurité. Depuis ce matin, on se demande encore un peu plus si cet argument sécuritaire ne relève pas tout simplement du vœu pieux. En effet, selon un sondage réalisé pour la Prévention routière, et dont les résultats ont été rendus publics ce mercredi, 90% des Français comptent boire de l’alcool lors du réveillon de la Saint-Sylvestre, demain soir. Mais, interrogés sur la manière dont ils vont gérer cette consommation avec l'utilisation d'une voiture cette même nuit, 51% des Français répondent spontanément qu’ils n’ont pas pris de disposition particulière. Seul un Français sur trois connaît le temps nécessaire à l'élimination du taux d'alcool dans le sang (au moins 1 à 2 heures par verre consommé). Et un sondé sur quatre considère qu’«une certaine tolérance» doit être de mise dans les contrôles routiers en termes d’alcoolémie.

 

Vu ces chiffres, la nuit du 31 risque d’être assez catastrophique en termes de conduite automobile alcoolisée et donc d’accidents de la route. Ce serait d’ailleurs, malheureusement, dans le droit fil de l’évolution constatée ces derniers mois. Les autorités, en effet, s’attendent à ce que 2009 soit une mauvaise année: le seuil fatidique des 4000 morts sur la route pourrait de nouveau être dépassé.

Les commentaires sont fermés.