Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/02/2010

Un détachement

Un fait divers atroce dont s’emparent les médias. Une victime ou sa famille reçues dans les plus brefs délais à l’Elysée. Un entretien compassionnel et médiatisé avec le Président et ses conseillers. Puis l’annonce d’une loi ou d’une énième modification du Code pénal pour, assure-t-on, résoudre les problèmes sociétaux mis en avant par ce fait divers. C’est, en gros, ce qui est reproché continuellement par l’opposition et les associations à la majorité. Majorité qui, en ce qui concerne sa politique sécuritaire, sur-réagirait exagérément à l’actualité. Accumulerait les lois de circonstance sans recul ni  vision de fond et sans se donner les moyens. Bref, gérerait l’agenda législatif en fonction de l’émoi médiatique du moment. On va à nouveau n’entendre que cette critique à partir de ce mardi. Jour où débute au Parlement le débat sur le dernier renforcement en date de l’arsenal répressif (couvre-feu pour les mineurs, durcissement des peines frappant les agresseurs de personnes âgées, etc.).

 

Non, vraiment, ce reproche fait à Nicolas Sarkozy est totalement infondé. Il relève de la mauvaise foi la plus crasse. En effet, il est des faits divers atroces vis-à-vis desquels les autorités montrent le plus parfait détachement. On en a encore eu l’illustration cette semaine, en banlieue de Paris.

 

On l’a appris hier matin. Cela s’est passé la veille près d’Orly. Un petit garçon âgé de trois ans, prénommé Stephan, est mort à la suite de l’incendie qui a ravagé plusieurs cabanons de fortune du campement de Roms insalubre où lui et sa famille croupissaient depuis plus d’un an. Sa petite soeur, Francesca, grièvement brûlée au visage, lutte en ce moment contre la mort aux urgences de l'hôpital Trousseau. Les parents des deux enfants sont également hospitalisés. En mai dernier déjà (relire ici), toujours en banlieue de Paris (c’était alors à Bobigny), un enfant Rom âgé de dix ans avait perdu la vie, lui aussi dans un incendie. Les flammes avaient ravagé le hangar pouilleux où une centaine de gens du voyage s’étaient réfugiés après avoir été expulsés de toutes parts par les municipalités environnantes. Dans un communiqué hier, le collectif Romeurope s’est ému de «l'horreur qui s'est installée, et un chagrin immense», dans la communauté des gens du voyage. Et s’est demandé «comment, malgré ces drames réguliers, les pouvoirs publics continuent d'expulser ces familles sans les reloger, les maintenant dans une précarité dangereuse et indigne».

 

En quelques mois, deux enfants morts carbonisés dans des bidonvilles situés aux portes de Paris. Voilà bien des faits divers atroces. Pour autant, les proches de ces gosses ont-ils été reçus à l’Elysée? Non. Au plus haut niveau de l’Etat, a-t-on envisagé de tancer les communes ne respectant pas leur obligation de mettre des aires d’accueil dignes et sécurisées à disposition des gens du voyage? Non. La mort de ces deux enfants a-t-elle entraîné une modification en urgence du Code pénal ou des lois relatives au mal-logement? Non. Par rapport à cette actualité-ci, en tout cas, les autorités prennent manifestement beaucoup de recul avant de communiquer et de réagir. Alors, franchement, de quoi se plaint-on?

 

 

PS: Quelques heures après la rédaction de cette note, tombe une dépêche: Mort d'un second enfant après l'incendie d'un camp rom à Orly PARIS (AP) 15:20 Une fillette d'un an grièvement brûlée dimanche dans l'incendie d'une caravane dans un camp de Roms à Orly (Val-de-Marne) est décédée mardi matin à l'hôpital, a-t-on appris de sources policière et judiciaire. Son frère de trois ans avait pour sa part péri peu après le drame.

On attend toujours la réaction de l'Elysée.

 

Commentaires

vous vous contredisez des lois existent pour les faits divers évoqués donc il existe bien une sur-réactivité !

Écrit par : stef | 09/02/2010

Les commentaires sont fermés.