Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/03/2010

Un soutien

Bravo décidément, Carrefour. Après avoir annoncé un plan massif de restructuration en Belgique la semaine dernière, le géant français de la distribution fait, cette semaine, parler de lui en France. Dans un dossier beaucoup moins médiatisé et pourtant tragique. Ce sont les suites d’un drame survenu fin décembre au supermarché Carrefour Part-Dieu, à Lyon. Un jeune homme, prénommé Michaël, avait trouvé la mort après avoir été surpris par les vigiles du supermarché en train de voler une canette de bière.

 

Amené dans un local de sécurité du magasin, il avait succombé des suites d’une «asphyxie avec écrasement de la cage thoracique», selon l’autopsie. Les images filmées par les caméras de vidéosurveillance l'avaient montré longuement et violemment maintenu plaqué sur une table par les cerbères, jusqu'à en perdre connaissance. «Mourir pour une canette de bière, ce n'est pas acceptable», s’était insurgé le procureur, «choqué» par ce fait divers « tout simplement ahurissant» et par ces images de «mort en direct». Depuis, les vigiles concernés ainsi que le salarié de Carrefour chargé de la sécurité de ce supermarché ont été mis en examen pour «violences volontaires en réunion avec circonstances aggravantes, ayant entraîné la mort sans intention de la donner». Et incarcérés.

 

On en était resté là. Avec le souvenir d’une affaire qui, trouvait-on, avait curieusement fait assez peu de bruit. N’avait en tout cas pas donné lieu, à moins que cela nous ait échappé, à des déclarations solennelles et apitoyées de Carrefour. Et puis, ce matin à la radio, on a entendu que ce groupe, en fait, soutenait totalement ces grosses brutes (présumées). En effet, il a garanti aux juges de les réembaucher aussitôt leurs ennuis avec la justice terminés. Argument qu’a fait valoir leur avocat hier pour réclamer leur remise en liberté, qui a finalement été refusée.

 

D’habitude, on est  le premier à trouver remarquable quand des gens, des associations et a fortiori des entreprises privées s’engagent en faveur de la réinsertion de détenus. Ce qui leur donne une chance de redémarrer dans la vie et leur permet de quitter des prisons qui ne sont jamais la meilleure solution – d’autant plus vu leur état notoirement si déplorable en France. Mais, dans ce cas précis, on trouve tout de même cela un peu léger. Comme une tentative de coup d’éponge vite passé sur un dérapage horrible. On dirait presque un «geste commercial», comme on dit.

 

Que pense donc la famille de ce jeune Michaël de cette initiative de Carrefour? Et que pense-t-elle de cette révélation (ici) selon laquelle ces vigiles, en répertoriant leurs interventions, les catégorisaient en fonction de l’origine ethnique des personnes visées. On ne l’a pas encore dit, mais le jeune homme était d’origine antillaise.

 

«Carrefour, le positif est de retour», dit le slogan publicitaire de la chaîne. C’est drôle comme on l’entend peu, en ce moment.

Les commentaires sont fermés.