Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/04/2010

Une cohérence?

champselysees.jpgDirection les Champs, aujourd’hui. Où le vieux débat sur la mutation de «la plus belle avenue du monde» a repris. Et notamment la controverse sur l’invasion que subirait cette artère de la part du prêt-à-porter bas de gamme: vieille récrimination du maire (UMP) de l’arrondissement (relire ici). Cette argumentation commencerait-elle à porter ses fruits? Une grande marque de jeans, en tout cas, vient d’en faire les frais.

 

La décision a été prise à la fin du mois dernier. Elle porte précisément le numéro de dossier 75-2010-18. Et émane de la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) de la capitale: l’organe de la préfecture qui statue sur les demandes de création ou d’extension de magasins de vente au détail. Cette requête concernait la galerie dite des “Arcades des Champs Elysées”, et précisément l’emplacement qu’occupait le resto “Planet Hollywood”. Etait demandée l’«extension de l’ensemble commercial par la création d’un magasin spécialisé en équipement de la personne, pour une surface de vente de 895 m²». En clair? Une boutique de fringues. Le demandeur? La marque de jeans américaine Levi’s. Le verdict des autorités? Il figure en toutes lettres et en capitales dans le PV de la Commission: «DÉFAVORABLE».

 

Levi’s n’est donc pas la bienvenue sur les Champs. Soit. Mais cette décision est-elle bien cohérente, si l’on se souvient que des enseignes comme H&M et A&F (Abercrombie) ont, elles été autorisées l’an dernier à ouvrir des boutiques sur cette même avenue? En outre, si une marque comme Gap est présente depuis des années sur les Champs, pourquoi une autre comme Levi’s en serait-elle absente?

 

Ici, la logique cède probablement le pas à la politique. En effet, le refus opposé à Levi’s est sans doute censé mettre en lumière la volonté de la mairie de Paris de désormais s’opposer au grignotage des Champs par le secteur du textile, au détriment d’autres secteurs d’activités (bars-restaurants, cinémas, etc.). De tenter enfin d’enrayer la tendance qui, ces dernières années, a vu plusieurs quartiers de Paris à grande tradition culturelle (Saint-Germain des Prés, le Quartier Latin et à présent le Marais juif) progressivement colonisés par les boutiques de fringues.

 

levi's.jpgReste à voir si, juridiquement, sur les Champs, cela tiendra. Les avocats de Levi’s sont sans doute en train de se dire qu’ils ne partent pas perdants. En effet, la commission départementale avait jadis pareillement dit non à l’implantation d’A&F, avant d'être désavouée par la commission nationale la chapeautant. Quant à H&M, qui avait essuyé un refus tant à l’échelon départemental que national, elle avait fini par obtenir gain de cause au Conseil d’Etat. Du coup, la marque de jeans pourrait tenter de faire valoir en justice ces deux précédents. Sur les Champs-Elysées donc, on n’a pas fini d’entendre parler de ce dossier.

Commentaires

le comité des Chanps Elysees semble agir sur une logique de quotas par type de produits vendus, donc que H&M soit accepte et Levi's refusé, c'est pas incoherent.

Écrit par : Le Parisien Liberal | 14/04/2010

Les commentaires sont fermés.