Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/05/2010

Une brigade

vélovandalisé.jpgPuisque le printemps semble enfin revenu à Paris, parlons vélo aujourd'hui. Zappons rapidement sur la dernière initiative geek en date prise par la mairie de Paris, relative à ce mode de déplacement: à savoir une application iPhone spécialement consacrée au Vélib. Ce sera sans doute utile aux plus branchés des utilisateurs de ces vélos en libre service. Mais nous, cela commence à un peu nous gonfler, cet envahissement obligatoire et permanent de la vie quotidienne par ces nouveaux médias. On se l'est encore dit pas plus tard que l'autre soir. En apprenant que le dîner en ville pour lequel on avait dû se décommander à la dernière minute, à cause d'on ne sait plus trop quel contretemps, avait, en fait, été mortellement ennuyeux. Car, pendant une grande partie de la soirée, la conversation avait tourné autour de deux seuls sujets: les applications iPhone et les groupes sur Facebook. En apprenant cela de la bouche d'un convive qui, lui, avait participé à ce dîner, on était consterné. Parlons donc plutôt de la dernière brigade municipale que l'on voit désormais à l'oeuvre dans les rues de la capitale. Et qui a l'air d'y accomplir un boulot assez efficace.

 

Il s'agit de la brigade d'agents municipaux chargée... de collecter les épaves de vélos vandalisés. Cela n'a l'air de rien, mais chaque année paraît-il, entre 1000 et 1200 vélos sont abandonnés sur la voie publique à Paris: gênant le passage sur les trottoirs, bloquant pour rien des emplacements aux aires de stationnement pour vélos, gâchant le paysage par leur si triste apparence. Avant la mise sur pied de cette brigade, ces épaves rouillaient souvent très longtemps sur place, car les enlever de force (en sectionnant les cadenas, par exemple) était paraît-il du seul ressort d'agents ayant la qualification d'officier judiciaire. La procédure simplifiée convenue entre la mairie et la préfecture de police permettra dorénavant d'accélérer ce déblaiement.

 

Du coup, chaque Parisien désormais est invité à signaler aux autorités les vélos abandonnés qu'il croiserait sur son chemin, ceux-ci étant ensuite enlevés dans les jours qui suivent. Pour éviter les impairs, la Ville a pris soin d'expliquer «comment faire le distinguo entre un vélo garé pendant une longue durée et un vélo abandonné». En clair: «Sont a priori sans propriétaires les vélos rouillés, ceux auxquels il manque une ou deux roues, ceux dont les cadenas ont été forcés», CQFD. Au passage, ces patrouilles permettront de contacter les propriétaires des vélos munis d'un système d'identification.

 

scootvandalisé.jpgReste à présent à mettre au point un système de recyclage pour ces bécanes. Un tel dispositif n'existant pas pour le moment, les épaves sont simplement conduites à la déchetterie. Et reste à trouver un système pour les carcasses de scooters vandalisés, qui, à Paris, sont au moins aussi nombreuses que les épaves de vélos martyrisés. On se le dit à peu près chaque matin en sortant de la maison, en tombant sur le si pathétique voire misérable squelette de scoot qui est stationné devant depuis des mois.

Les commentaires sont fermés.