Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/05/2010

Un sombre tableau

Incroyable douceur de vivre à Paris pendant tout ce long week-end, grâce à cette météo estivale avant l'heure. En France cependant, l'humeur générale est loin d'être à l'insouciance, en ce moment. Un sondage vient encore de le confirmer, ce matin: plus de neuf Français sur dix (91%) s'attendent à ce que la crise économique actuelle ait des conséquences concrètes et dommageables, fiscales notamment, sur leur vie quotidienne.

 

L'opinion, cela dit, a-t-elle toujours et forcément une perception exacte de la réalité? Une autre étude, publiée elle dimanche, amène une nouvelle fois à se poser la question. Elle indique que, pour 83% des Français, les prix ont augmenté ces douze derniers mois. «Les Français sont inquiets de l'inflation», en déduisait le JDD. Oui, mais, si l'on en croit la dernière étude annuelle sur «Les comptes de la Nation» réalisée par l'Insee, le très sérieux Institut français de la statistique et des études économiques, le pouvoir d’achat des ménages, en fait, a progressé en 2009. Il a même crû un peu plus (+1,6%) que l'année précédente 2008 (+0,4%).

 

C'est d'ailleurs à peu près la seule bonne nouvelle que l'on peut retrouver dans ce tableau de l'économie française. Qui l'an dernier, confirme l'Insee, a traversé «la récession la plus importante depuis l’après-guerre». Résultat: tous les indices sont dans le rouge. Le PIB a reculé de 2,6% en moyenne. «Toutes les grandes branches» ont participé à cette chute: production manufacturière, production énergétique, activité dans la construction ou production de services marchands. L'investissement a chuté (−7,1%). Les entreprises ont massivement déstocké pendant toute l'année. Et seul l’investissement des administrations publiques a résisté, sous l’effet du plan gouvernemental de relance. Les échanges extérieurs de biens comme de services se sont «fortement» contractés, les exportations comme les importations ayant reculé. Seule la consommation, privée ou publique, n'a pas coulé dans la tempête, mais c'est largement grâce à des mécanismes gouvernementaux (prime à la casse pour les voitures, etc.) utilisés comme bouées de sauvetage.

 

Pour autant, 2009 n'aura pas été une mauvaise année pour tout le monde. Ainsi, «la valeur ajoutée des sociétés financières rebondit nettement (+9,1% après −0,3%). Celle des banques progresse très fortement (+14,2% après +4,5% en 2008 et +1,9% en 2007). Par ailleurs, l’activité de l’assurance-vie renoue avec la croissance en 2009: la valeur ajoutée augmente de +44,2% en valeur après −20,8% en 2008». Cela va certainement remonter le moral du Français moyen. 

Commentaires

cela parait logique qu'au vu de la prochaine faillite du systeme par repartition, les gens se mettent a epargner !

Écrit par : Le Parisien Liberal | 26/05/2010

Les commentaires sont fermés.