Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/08/2010

Une récidive

Le temps passe, mais, à Paris, certains décidément n'évoluent pas. Vers la mi-juin, on avait évoqué (ici) l'émoi suscité dans la capitale – et au-delà: dans le reste du pays – par la tentative de groupuscules liés à l'extrême-droite de tenir un apéro géant dit «Saucisson & pinard» (clairement exclu aux musulmans, donc) à la Goutte d'or (quartier parisien à forte population issue de l'immigration). Depuis, près de trois mois ont passé. Mais d'aucuns ont envie de récidiver. On pourrait en avoir l'illustration ce samedi à Paris.

 

Ce jour-là, en effet, en plein centre-ville, est programmé un «grand apéritif républicain». Présenté comme en faveur d'«une certaine idée de la France». Pour que les choses soient claires, il s'agit de dénoncer «la montée de l'offensive islamiste sur le territoire français». Des initiatives du même acabit sont annoncées le même jour dans plusieurs villes de province: Bordeaux, Lyon, Strasbourg ou Toulouse. Parmi les organisateurs, on retrouve des ex-militants dévoyés d'une certaine «gauche» ultra-républicaniste, sécuritaire et anti-communautariste – genre Chevènement. Ils assurent que leur «conception de la Nation n’est absolument pas ethnique». Mais n'en condamnent pas moins le modèle français d'intégration des minorités issues de l'immigration, modèle qu'ils veulent remplacer par un régime d'«assimilation» pure et simple. Tout comme les amateurs de cochon et de vin rouge avaient, en juin, comparé à la Résistance aux nazis leur «entrée en résistance face à l'islamisation de la France», on a à nouveau droit à un alibi historique: l'apéro du 4 septembre se veut commémoratif de la journée du 4 septembre 1870, qui avait vu la proclamation de la IIIème République.

 

Le maire (écologiste) de l'arrondissement parisien où se tiendrait cette manifestation a demandé son interdiction à la préfecture de police.

30/08/2010

Une reprise

Reprise de ce blog ce lundi, après la petite pause de l'été. Un été qui, finalement, a été météorologiquement plutôt moyen à Paris – on en gardera notamment le souvenir des pluies diluviennes et de l'horrible climat de Toussaint qui ont marqué les quelques jours autour du 15 août. Un été qui, en outre, a tout de même été politiquement assez tendu, trouve-t-on. Ce week-end, deux petites actualités à Paris ont assez bien illustré ce climat orageux.

 

La première est survenue samedi soir au parc de La Villette – dont, au passage, les animations (cinéma en plein air, etc.) ont, en juillet comme en août, connu à nouveau un succès de foule impressionnant. Avant-hier à La Villette, se déroulait «Le Grand Ramdam», une grande fête populaire axée sur la découverte des musiques du Maghreb, organisée aux heures de rupture du ramadan. Oublieux de la grande impopularité actuelle du gouvernement et du Président Sarkozy, les ministres Frédéric Mitterrand et Fadela Amara ont cru bon d'y prendre la parole en public, entre deux concerts. Mal leur en a pris: ils ont été copieusement hués par des milliers de spectateurs. La deuxième illustration du climat de tension actuel, on l'a trouvée dans les colonnes du journal «Le Monde» de ce même week-end. «La RATP veut doter ses agents de sécurité de gilets pare-balles», y a-t-on lu avec stupéfaction. Une innovation vestimentaire que les vigiles de la société de transports parisienne justifient par l'évolution selon eux dramatique du climat d'insécurité dans la capitale et sa banlieue et par la multiplication des actes d'incivilité voire d'agressivité dont ils sont victimes dans leur travail quotidien.

 

Sinon, pour tout de même ne pas d'emblée plomber l'ambiance de cette rentrée, parlant de reprise, une bonne nouvelle concernant Paris s'est confirmée cet été. En effet, juillet comme août ont consacré la reprise, assez spectaculaire, de l'activité touristique dans la capitale française – comme dans l'ensemble du pays d'ailleurs. On y a retrouvé les niveaux de fréquentation d'avant la grande crise financière internationale de l'hiver dernier. A Paris, les palaces comme les campings ou auberges de jeunesse n'ont pas désempli, si bien qu'à la fin de l'année, la capitale devrait à nouveau atteindre voire dépasser le cap annuel des 36 millions de nuitées hôtelières. Vu le poids du secteur du tourisme dans l'économie parisienne (son impact en termes d'emplois, singulièrement), c'est sans doute déjà ça.

01/08/2010

Une pause

magasinfermé.jpgAoût est arrivé. Et, comme chaque année, Paris est en train de se vider. C’est vraiment frappant depuis le début de ce week-end. En haut lieu également, il y a comme un air de vacances. Les parlementaires sont partis à la plage depuis plusieurs jours déjà. Les membres du gouvernement s’apprêtent à faire de même: le dernier conseil des ministres a lieu mercredi. Jour où le chef de l’Etat et madame (son tournage avec Woody Allen achevé) s’en iront également vers la Méditerranée. Même les fins limiers de la brigade financière chargés de la fameuse affaire Woerth-Bettencourt – le feuilleton politico-financier de l’été – devraient normalement, dès la semaine prochaine, passer au régime estival. Tout ce beau monde ayant décidé d’un peu se reposer, on ne va pas faire le malin: on va donc pareillement partir en vacances d’été.

Sauf actualité majeure et incontournable qui nous contraindrait de rentrer plus tôt de la plage, retour dans ces colonnes à la fin du mois. Dans ce blog qui, cela dit au passage, a vu sa fréquentation s’envoler ces derniers mois. Cet hiver déjà, la dernière fois qu’on avait évoqué le sujet (ici), on avait remarqué qu’avait été pulvérisé l’étiage traditionnel dans lequel se situait «Paris Libre» depuis son lancement. Le mouvement s’est poursuivi au printemps, quand a été franchie la barre des 10.000 visiteurs par mois. Et cela continue puisque, pendant le mois de juillet, vous avez été près de 12.000 à passer par ici.

Soyez-en sûrs: on ne souligne pas cela pour se vanter. Mais pour remercier. Dès la rentrée, on essaiera de continuer à être digne de votre fidélité. A bientôt.