Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/11/2010

Une collision

illuminationsParis.jpgChaque hiver à Paris, c'est la même chose. Une coïncidence de dates qui fait se côtoyer l'événement le plus clinquant et l'actualité la plus sombre. Qui fait entrer en collision la vie à Paris dans ce qu'elle a de plus glamour et futile avec son aspect le plus glauque et déprimant. Cette année à nouveau, on n'a pas échappé à cette pénible collision.

 D'un côté donc, ces derniers jours, on a eu droit aux inévitables lancements des festivités de fin d'année. Histoire que Paris mérite plus que jamais son titre de Ville lumière, le maire Bertrand Delanoë a sacrifié à la tradition des inaugurations des illuminations de Noël, en compagnie de star(lette)s et sous l'oeil ravi d'une nuée de caméras. Le Parisien moyen est prié de s'extasier, car «pour le plaisir des yeux, ce sont plus de 125 rues et places de la capitale, dont la Concorde et l'avenue des Champs-Elysées, qui vont briller de mille feux». Sans oublier tout le reste, mis à contribution pour célébrer «la féerie de Noël», selon l'expression consacrée: «patinoire de l'Hôtel de Ville, ski, tyrolienne et sports de glisse au stade Charléty, illuminations des rues de la capitale, manèges de chevaux de bois, marchés de Noël, vitrines animées des grands magasins», etc., etc. Ouvrons les mirettes donc, et admirons.

D'un autre côté, la même semaine, l'annonce par la mairie de Paris du lancement de son Plan Grand Froid: «6 gymnases et 5 mairies mobilisables, des maraudes renforcées et des centres d'hébergement sur le pied de guerre» pour accueillir tous les miséreux qui, Noël ou pas, peuplent la capitale. Avec, ici aussi, les services de com' qui font passer les «éléments de langage», comme on dit, aux médias: «La mise à l’abri ne suffit pas. Il faut aider les personnes à sortir de la rue», etc., etc.

illuminationsgrandsmagasins.jpgTout cela n'empêche pas les plus pauvres de continuer à tomber comme des mouches, illuminations de Noël ou pas. Hier soir encore, devant une sortie de secours d'un centre commercial à Ivry, en banlieue de Paris, a été découvert le corps sans vie d'un SDF de 78 ans. Ce n'est évidemment pas le dernier de l'hiver. Et, depuis quelques jours, dans notre onzième arrondissement, au coin de l'immeuble de bureaux du boulevard Richard Lenoir occupé notamment par l'antenne parisienne de «La Libre», un nouveau mini-campement de SDF s'est installé, sous l'abri d'un toit de terrasse en surplomb. Ils donnent l'impression d'avoir voulu y reconstituer une maison. Il y a là deux canapés, une petite table de nuit, un réchaud pour cuisiner, et toujours beaucoup d'animation. Les habitants du voisinage n'y font déjà plus attention. Il est vrai que, bientôt, notre boulevard va «briller de mille feux». Ce sera assurément merveilleux.

Commentaires

tant qu'on préférera payer une fortune pour ne rien faire, notamment par le biais des diverses aides comme celle qui consiste à payer des hotels, au lieu de liberaliser le marché immobilier ...

Écrit par : Le Parisien Liberal | 01/12/2010

Les commentaires sont fermés.