Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/12/2010

Un boulet

saintnicolasfouquets.jpgSaint Nicolas a beau souffrir en France d'un gros déficit de notoriété par rapport au Père Noël, au moment précis où on le rappelait hier midi dans ce blog, le grand saint faisait une apparition remarquée sur... les Champs-Elysées. En effet, encadré d'un Gavroche et d'une République sur des échasses, le barbu préféré des enfants sages y a distribué des cadeaux, des friandises et des clémentines. Sa distribution de présents ne s'est pas déroulée n'importe où sur «la plus belle avenue du monde»: elle a eu lieu précisément devant la célèbre brasserie du «Fouquet's». C'est dans cet établissement, faut-il le rappeler, que Nicolas Sarkozy avait fêté, un beau soir de mai 2007, son élection à l'Elysée. Trois ans plus tard, le Saint Nicolas ayant sévi hier midi sur les Champs était en fait un militant de la CGT. Par cette apparition le 6 décembre, devant le «Fouquet's», de ce saint ainsi prénommé, le syndicat communiste voulait dénoncer la «politique inégalitaire» d'un chef de l'Etat qui, selon lui, «prend aux pauvres pour donner aux riches».

 

Juste deux remarques.

 

Sur la forme et pour l'anecdote, la CGT devrait revoir ses classiques du folklore enfantin. Un Saint Nicolas qui distribue des friandises mais pas de massepain/de pâte d'amandes, ce n'est pas crédible. Et manquait, au saint patron des «enfants sages», son indispensable acolyte: le Père Fouettard/Zwarte Piet, qui lui châtie les enfants «pas sages»  –  à propos, notez la lourde symbolique raciale de cette tradition: le méchant est un Noir...

 

Sur le fond, et s'agissant de Nicolas Sarkozy, on peut donc constater que 41 mois plus tard, ses agapes de mai 2007 au «Fouquet's» lui collent toujours à la peau. Comme le sparadrap au doigt du capitaine Haddock d'Hergé. L'hôte de l'Elysée va-t-il donc traîner ce boulet symbolique jusqu'en 2012? Deux choses sont sûres, en tout cas. Un: à l'époque, le choix de ce restaurant, si connoté sociologiquement, pour fêter son triomphe électoral constitua une erreur de communication de débutant dans le chef d'un responsable politique pourtant obsédé par son image et entouré en permanence de communicants chevronnés. Mais c'est enfoncer des portes ouvertes que de le souligner: sans doute l'intéressé y compris n'en disconvient pas. Deux: si en 2012 Nicolas Sarkozy brigue un second mandat et est réélu, probablement n'ira-t-il pas arroser cela avec ses potes au «Fouquet's». Mais quel établissement parisien l'éventuel Président réélu choisirait-t-il? Les paris gastronomico-politiques sont ouverts.

Commentaires

Dans quelle gargote N. S. réélu pourrait-il régaler ses acolytes ?

Prenant exemple sur son illustre prédécesseur du précédent millénaire, V. Giscard d’Estaing de Puypeu qui avait invité des éboueurs pour un petit-déjeuner à l'Élysée, il pourrait choisir la cantine de la Santé ou de Fleury-Mérogis. Fraterniser avec les taulards, qui de toutes façons exercent peu leur droit de vote, voilà qui aurait de la gueule et ne pourrait être taxé de clientélisme.

Salut et fraternité
JPG

Écrit par : Jean-Pierre Grélois | 07/12/2010

pour une equipe de "pros", appelés "la firme", les communicants de Sarkozy ont quand meme fait preuve de beaucoup de legereté, y compris dans leur volonté de renover l'image présidentielle.
Il y a eu

- le jogging en t shirt NYPD, un contresens total surtout dans un pays comme la France
- le coup du sms au Vatican
- et bien sur, le Fouquet's (à la fois vieillot et trop connoté jet society) et le jet et le yatch de son "ami" Bolloré.

Le prochain ou la prochaine présidente de la République organisera probablement un pot champomy/cahouettes dans un loft des arrondissements 3e-10e-11e-20e-Montreuil .

Écrit par : Le Parisien Liberal | 10/12/2010

Les commentaires sont fermés.