Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/12/2010

Une double hérésie

tepakap.jpgUne note bien de saison aujourd'hui, puisque 60 millions de Français s'apprêtent à se faire plaisir/à se goinfrer/à l'occasion du réveillon de Noël. En France, l'industrie agro-alimentaire n'a pas attendu le jour J pour innover. Et, cette année, c'est le secteur de la restauration rapide qui s'est distingué. En effet, il a proposé à ses consommateurs ce qui constitue assurément une double et effarante hérésie nutritionnelle: encore plus insensée que la nourriture proposée le restant de l'année par la restauration rapide.

On a d'abord le «Tepakap», proposé par l'enseigne Speedburger. Une horreur calorique. Ses quatre steaks hachés, soit 420 grammes de viande, en font un sandwich de plus de 10 cm de hauteur. «Pour l'hiver c'est idéal, car on a besoin de manger plus», assurent ses inventeurs. C'est bien sûr un argument commercial grotesquement fallacieux. N'importe quel étudiant de première année en diététique vous confirmera qu'autant les paysans du Moyen-Age qui, à longueur d'années, ne mangeaient pas toujours à leur faim et travaillaient dur dehors, avaient effectivement besoin de se nourrir davantage en hiver, autant ce n'est absolument plus le cas, dans nos pays riches en tout cas, pour les consommateurs d'aujourd'hui, qui sont loin d'être dénutris. Selon les calculs des nutritionnistes, ce «Tepakap» est «un pur délire»: il pèserait à lui tout seul plus de 1500 calories.

On a eu ensuite, ces dernières semaines chez Quick cette fois, le burger au... foie gras. Ce qui, au passage, a valu à cette enseigne une manifestation des défenseurs des animaux. L'autre jour, une quinzaine de militants de la fondation Bardot notamment ont protesté devant le Quick de la rue de Rivoli, en plein coeur de Paris, dénonçant l'élevage de canards en batterie. Selon eux, «Quick ne propose pas de la gastronomie, mais de la barbarie à bas prix».

burgerfoiegraasquick.jpgD'un point de vue gastronomique, cette innovation ne fait pas l'unanimité. Si certains (ici) louent le côté «fondant» et «généreux» de ce burger au foie gras, d'autres (là), au Périgord, le trouvent «trop sucré». Mais ce qui est sûr, c'est que d''un point de vue nutritif, l'ajout, à un burger déjà très calorique, de cet aliment extrêmement riche qu'est le foie gras n'arrange évidemment pas les choses.

On estime qu'un Français sur trois (31%) est atteint de surcharge pondérale. Un grand bravo donc au secteur de la restauration rapide pour cette double innovation de poids.

PS: Sinon, en ce qui concerne plus précisément la capitale et le voisinage de notre quartier, une pétition circule en ce moment contre l'ouverture d'un maxi fast-food au métro Saint-Paul, pas loin de Bastille. Heu... Paris ne compte pas déjà assez de Quicks, McDo et autres KFC?

Commentaires

En adaptant l’adage de droit romain : « Ei fecerunt quibus prodest ».
À qui profite l’affaire ?

1° au propriétaire de l’immeuble qui fait jouer la loi du marché en louant au mieux disant ;

2° au franchiseur qui se contente de louer au prix qu’il estime son enseigne et ce qu’il appelle son savoir-faire (plutôt son faire-savoir) ;

3° au tenancier de l’établissement qui cherchera à dégager une marge supérieure à ce que lui coûtent ses frais incompressibles et qui, en outre, excipera du fait qu’il crée des emplois ;

4° aux structures agro-industrielles, gavées grâce à la P.A.C. et chouchoutées depuis des décennies par leurs ministres dits de tutelle, via le syndicat majoritaire dans le secteur agricole ;

5° enfin aux consommateurs désargentés qui iront se donner un frisson d’exotisme dans cette Amérique du pauvre.

Le catalogue n’est sans doute pas exhaustif, mais cela fait déjà pas mal de monde, tous gens solidaires du même fait.

L’on pourrait rêver que lâche le dernier maillon de la chaîne : chute significative de la quantité vendue de viande hâchée etc., et le système battrait de l’aile.

Mais il faut compter avec les méthodes de propagande — oh pardon ! de communication — pour redresser la courbes des ventes. Et puis, comment faire avec les accros ? Tiens, cela fait penser à autre chose.

Salut et fraternité
JPG

Écrit par : Jean-Pierre Grélois | 24/12/2010

Les commentaires sont fermés.