Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/02/2011

Un marronnier

A Paris comme ailleurs, décidément, il y a des débats qui n'avancent pas. Des questions qui, d'année en année, reviennent sans qu'on n'arrive visiblement à les trancher. Ces marronniers, comme on appelle en journalisme les sujets tarte à la crème si lassants à force de revenir tout le temps, valent y compris pour les questions a priori les plus anecdotiques. C'est ce qu'on se disait pas plus tard que dimanche après-midi. A la terrasse d'un café, place de la Bastille. Où, en plein soleil et grâce aux rayonnements d'un braséro, on se réchauffait au coin d'un chocolat bouillant – ridiculement cher, bien sûr: on est Paris.

Chaque hiver dans la capitale française, cela ne rate pas: on reparle de l'interdiction éventuelle des chauffages de terrasses au gaz. Ces parasols chauffants, en effet, sont très énergivores et grands émetteurs de gaz à effet de serre. Il y a trois ans déjà (ici), dans ce blog, on avait évoqué un projet de les interdire. Trois ans plus tard, a-t-il été confirmé dernièrement, les élus parisiens s'apprêtent seulement à en débattre. Mieux vaut tard que jamais, sans doute.

Pour la mairie, il n'y a pas photo. Ces braséros doivent disparaître, car «ils polluent énormément, sont nocifs pour les personnes, et ne sont pas cohérents avec le plan parisien de réduction des émissions de gaz à effet de serre». «Chauffer l'extérieur, c'est absurde et stupide!», résument les Verts. Mais, sur les 15.000 cafetiers et restaurateurs que compte Paris, 9.000 ont des terrasses. Qui sont bondées à longueur d'année mais qui, craignent-ils, seront désertées l'hiver si on supprime ces braséros si confortables pour les clients. Le syndicat des cafetiers veut donc (ici) «disposer de cinq ans pour se mettre en conformité» avec une éventuelle interdiction.

On serait prêt à parier qu'en janvier 2012, il sera toujours possible, le dimanche après-midi à Bastille ou ailleurs dans Paris, de siroter cafés et autres chocolats en terrasse, à l'ombre douillette de ces fameux parasols chauffants.

Les commentaires sont fermés.