Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/05/2011

Une (autre) question de moyens

«En cette période de crise, la France n'a plus les moyens d'accepter une immigration à caractère social». Le leader de l'UMP Jean-François Copé dixit, pour justifier la fermeté du gouvernement face aux Tunisiens candidats à l'immigration en France – on en parlait mercredi dernier, dans ce blog. Cela n'a strictement rien à voir, c'est juste un hasard de calendrier, mais cette coïncidence n'est tout de même pas banale. Peu avant que cet argument de l'impécuniosité soit brandi, le Journal officiel publiait des montants qui, eux, montrent que, pour certaines choses en tout cas, la France ne manque pas vraiment de moyens.

Cela concerne le plafond des dépenses de campagne électorale qui seront permises à chaque candidat du prochain scrutin présidentiel, en 2012, et qui seront ensuite partiellement remboursées par l'Etat. Ce plafond sera précisément de 16.851 millions d'euros, par candidat. Les deux participants au second tour du scrutin, eux, pourront dépenser jusqu'à 22,509 millions d'euros chacun. Ce montant est en hausse de 4,26% par rapport à la présidentielle de 2007, année où plus de 75 millions d'euros avaient été dépensés par les candidats (dont 44 millions pris en charge par l'Etat). Ce plafond pour 2012 consacre une hausse de 23% par rapport à la présidentielle de 2002 – la plus chère de l'Histoire française: elle avait coûté quelque 53 millllions d'euros à l'Etat.

Pas de moyens d'un côté, beaucoup de moyens de l'autre. Ceux qu'embarrasserait la collision entre ces deux actualités argumenteront probablement que les dépenses de campagne électorale font partie du prix à payer pour la démocratie.

Les commentaires sont fermés.