Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/05/2011

Un (autre) féminisme

marchedessalopes.jpgCarla Bruni en personne aurait donc signé la pétition féministe lancée dans la foulée de l'«affaire DSK», texte que l'on évoquait hier dans ce blog. C'est ce qu'a annoncé (ici) «Le Figaro». Ce matin, cela dit, on n'a trouvé nulle trace du nom de l'épouse de Nicolas Sarkozy dans la liste des signataires de cet appel: ni à la lettre B – le seul Bruni renseigné est un certain «Bruni Sylvain, Ingenieur» –, ni à la lettre S: aucun(e) Sarkozy en vue. Passons.

Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que Carla Bruni n'était pas parmi les manifestantes qui, dimanche après-midi, ont défilé dans les rues de Paris avant de rendre public ce manifeste. Et qu'elle n'était pas davantage – et n'avait vraiment aucun risque d'y être – à l'autre manifestation qui, le même jour et sur le même thème, a précédé ce cortège. Il faut dire que cette manifestation-là, qui a démarré de la place de la Bastille, se voulait un tantinet plus radicale.

Rien que son nom était tout un programme: «La Marche des Salopes». En référence à une «Slut Pride» qui s'est tenue à Toronto, suite «aux déclarations d’un policier qui expliquait que, pour assurer leur propre sécurité, les femmes devraient éviter de «s’habiller comme des salopes» (et non pas d’apprendre l’autodéfense)». Dimanche, ces féministes-là ont, comme leurs concurrentes quelques heures plus tard, marché contre le sexisme, le machisme, le viol et toute forme d'agression contre les femmes. Mais elles ont aussi protesté contre «le patriarcat blanc hétéro-sexiste et sa morale bien intentionnée, (qui vient) mettre son nez dans nos placards». Elles ont revendiqué «le droit de s'habiller comme nous le souhaitons sans être stigmatiséEs et subir le comportement sexuellement agressif de certains (interpellations, sifflets, etc....)». Et, plus globalement, ont dit leur exaspération, «parce qu'il y en a assez de ces flics (de la morale ou de l’Etat) qui nous disent de ne pas nous habiller comme des catins si on ne veut pas d'ennui et se placent ainsi dans une logique de sanction de toute initiative de réappropriation de notre corps, qui passe également par le choix de nos vêtements».

lasalope.jpgExplication de texte? «En enjoignant les femmes, afin de les «protéger», à se conformer à un pseudo modèle vertueux d'un autre âge de «La-Femme»©, hétérosexuelle, blanche, avec une jupe ni trop longue ni trop courte, libérée mais pas trop, qui peut «concilier vie de travail et vie de famille» (c’est-à-dire continuer à effectuer sans sourciller 80% des tâches ménagères), les autorités ne font que ravaler celles qui ne s'y rangent pas au rang d'objet sexuel, puisque selon leur logique, une femme habillée «comme une salope» ne le fait que pour attirer l'attention des hommes, et n'a donc pas à se plaindre si ceux-ci répondent à ses «sollicitations passives».

Conclusion? «Nous revendiquons nos atours de filles de joie, notre propension à montrer ou pas nos genoux, nos bas résilles et nos oripeaux polissons, sans devoir subir de violences sexuelles, car la révolution se fait aussi en talons!»

Remarquez que, dimanche, cette manifestation féministe-là a eu un écho médiatique infiniment moindre que sa concurrente «officielle». Sans doute les médias français ont-ils jugé que le message qu'elle véhiculait n'était pas assez consensuel pour intéresser le commun des mortels.

Commentaires

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que Sinclair ne signera pas non plus...

Écrit par : Morzette | 27/05/2011

Les commentaires sont fermés.