Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/06/2011

Une découverte (lexicale)

dictionnaire.jpgCes jours-ci, à l'occasion de la sortie du nouveau «Robert illustré», les médias français font une grande découverte. Ils réalisent que, ces dernières semaines, ils ont employé à tort le terme «sidération», pour parler de l'état de l'opinion face à l'«affaire DSK». En effet, à en croire ce dictionnaire, «sidération» ne peut être utilisé comme synonyme de «stupeur» ou de «stupéfaction». Car il s'agit exclusivement d'un terme médical. Précisément, il décrit un «anéantissement soudain des fonctions vitales, avec état de mort apparente, sous l’effet d’un violent choc émotionnel». Or, si les Français ont légitimement été estomaqués par les déboires new-yorkais de l'ex-n°1 du FMI, rares sans doute ont été ceux qui en ont succombé sous le choc, leurs fonctions vitales soudain anéanties.

«Le substantif "sidération" date du XVIe siècle», a expliqué, ces derniers jours, le toujours passionnant linguiste Alain Rey. «On l'utilisait pour parler de maladies graves comme la gangrène. Avec l'idée d'une force supérieure qui domine l'homme et le fige sur place, liée à une pensée occulte. Je ne suis pas certain que ceux qui l'ont utilisé (en parlant de l'«affaire DSK») ont perçu qu'ils ranimaient des croyances magiques et occultes, une pratique où il est largement affaire d'inconscient et de ce qui terrifie l'inconscient».

Les lecteurs de ce blog qui seraient sidérés par cette découverte lexicale se déculpabiliseront d'avoir incorrectement utilisé «sidération» en allant lire les notices du «Robert» relatives aux termes «sidérer» ou «sidérant». Et en constatant que, contrairement à «sidération», ces deux mots, eux, renvoient bel et bien, dans une acception présentée comme familière, à abasourdir ou à stupéfier.

Sans doute est-ce déjà cela.

Les commentaires sont fermés.