Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/06/2011

Une modernisation (incomplète)

L'administration française a évolué, depuis Courteline. On a pu s'en rendre compte dernièrement, puisqu'on avait des problèmes de paperasserie à régler avec la préfecture de police de Paris. Ainsi, celle-ci s'est mise à l'heure des nouveaux médias. On peut désormais prendre rendez-vous par mail avec un fonctionnaire. Qui vous avertit par texto quand le document officiel qu'on lui a demandé (carte d'identité, passeport, certificat d'immatriculation, etc.) est prêt et que vous pouvez donc venir le retirer. Mais...

Mais, pour l'anecdote, ledit SMS renvoie... à un numéro surtaxé, commençant par un 08. Dès lors, pour prendre connaissance du message de l'administration, il faut payer. Sans doute que, dans la fonction publique également, il n'y a pas de petit profit: le moindre centime d'euro compte.

Mais, plus fondamentalement, cette modernisation n'évite pas les files d'attente au guichet: elle ne fait que les réduire (un peu). Et ces queues si souvent interminables énervent les gens. Pour preuve, on a remarqué hier un avis placardé bien en vue, dès l'entrée, à l'antenne de police de notre onzième arrondissement. Il avertit l'usager de ce service public que toute insulte, menace ou acte de violence de sa part envers un fonctionnaire sera systématiquement poursuivi et puni. Le fait qu'un tel écriteau ait été apposé là atteste probablement que de tels cas s'y sont déjà présentés.

A la préfecture de Paris comme dans tant d'administrations en France, une meilleure répartition des fonctionnaires voire quelques embauches supplémentaires permettraient certainement de réduire les délais d'attente au guichet, de servir plus dignement le public, et d'améliorer les conditions de travail des agents. Mais c'est évidemment plus compliqué voire onéreux que de se mettre au goût du jour (pour la frime l'alibi?) en recourant aux nouvelles technologies...

Commentaires

Je suis ravi d'apprendre la solution au souci de la photocopieuse ouverte au public (préfecture de police de Paris).
En 2002, suite aux attentes interminables de plus de trois heures, c'est Courteline.
- Madame j'ai tout mon dossier pour la perte de mon permis de conduire.
- Oui mais allez donc me faire une photocopie dans le couloir, du document A.
- Madame je viens de passer dans le couloir. La photocopieuse est en panne. Une photocopieuse a pieces pour toute la préfecture de police.
-M'en fiche, je veux cette photocopie. Reprenez tout ce dossier et revenez un autre jour.

Fin du dialogue.

Écrit par : zozo_votant | 15/06/2011

Les commentaires sont fermés.