Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/09/2011

Un «soupçon de connivence»

Hier, soir, Claire Chazal aurait-elle dû se mettre en retrait du 20 Heures de TF1 et passer le relais à un(e) collègue pour la fameuse interview de Dominique Strauss-Kahn? Puisque la journaliste a elle-même reconnu publiquement la «tendresse» qu'elle éprouve envers Anne Sinclair, une femme qui, selon elle, a géré de manière «assez admirable» les mésaventures de son époux. C'est évidemment la question qui, pendant tout le week-end, a agité la classe politico-médiatique parisienne. Et qui, ce matin, continuait à alimenter le débat. Ainsi, le néo-centriste Hervé Morin, pour ne citer que lui, a relayé les «soupçons de connivence» existant à ses yeux entre l'interviewé et l'intervieweuse.

 

Chaque journaliste agit selon sa conscience. Nous, en tout cas, aurait-on été dans la situation de Claire Chazal que, clairement, on se serait mis de côté. Mais on est bien conscient d'être dans une position très confortable pour ainsi l'asséner, tant on n'était pas et on ne sera probablement jamais dans ce cas de figure.

 

Ladite interview était-elle connivente? Sur le moment, il ne nous a pas semblé que, globalement, elle avait été menée avec indignité. Sauf qu'à trois moments précis, on a quand même été assez mal à l'aise pour notre éminente consoeur.

 

Quand, d'entrée de jeu, elle a salué son invité avec un «Bonsoir Dominique Strauss-Kahn» dit d'un ton si doucereux qu'il a pu donner l'impression d'être affectueux.

 

Quand, à aucun moment, elle n'a fait grief à son interlocuteur de se livrer, sur des points factuels, à une lecture très personnelle, donc partielle et partiale, du rapport du procureur new-yorkais l'ayant innocenté.

 

Et quand, à la fin de l'entretien, tout le monde a pu constater que jamais la question qui tue n'avait été explicitement posée: «Ce soir, Dominique Strauss-Kahn, présentez-vous vos excuses?» En soi, cette carence si voyante fait naître le soupçon qu'elle résultait d'une négociation préalable avec l'interviewé. Ce qui, le cas échéant, serait bien sûr injustifiable, journalistiquement.

Commentaires

Tout comme désormais à l’écran les acteurs nus laissent apparaître des corps lisses et épilés, pour respecter des canons esthétiques homosexuels, l’homme politique pris la main dans le pot de confiture doit s’« excuser », à la mode des télévangélistes américains adultères qui pleurent à chaudes larmes parce qu’ils ont trompé maman et que ça s’est su !

Mais excuser de quoi ? De ce que la justice américaine n’a rien trouver à redire ? Singulière évolution où l’on devrait se conformer au mœurs expiatoires tapageuses étazuniennes en tous domaines.

Écrit par : cp | 19/09/2011

les français ne sont pas dupes.

Écrit par : Le Parisien Liberal | 19/09/2011

Les commentaires sont fermés.