Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/03/2012

Une réputation injustifiée, l'autre pas

Puisqu'on parlait des femmes hier, un des clichés qui leur collent à la peau, en France comme ailleurs, est le fait qu'elles conduiraient mal, et nettement plus mal que les hommes. Et bien non. La préfecture de police de Paris l'a confirmé, dernièrement: «Les statistiques prouvent qu’il faut en finir avec l’adage "Femme au volant, la mort au tournant"».

Des chiffres? Les femmes représentent la moitié des conducteurs, mais «elles occasionnent en moyenne trois fois moins d’accidents que les hommes». Pour preuve, à Paris ces cinq dernières années, ce sont des hommes, et non des femmes, qui ont été responsables de la majorité des accidents causés à la fois à des scooters ou motos (86%), à des vélos (70%), et à des voitures (75%).

En revanche, la proverbiale incivilité des automobilistes parisiens, elle, ne relève pas du cliché.

C'est ce qu'a encore confirmé une enquête réalisée il y peu par «Auto Plus», sur la façon de conduire dans dix villes de l'Hexagone. En est sorti un classement (voir ici, notamment) allant de la ville «la plus cool» du pays à la ville «la plus inhospitalière» en termes de conduite automobile. Le résultat «ne tord pas vraiment le cou aux clichés, au contraire», reconnaît le magazine. Ainsi, «la conduite à Lille, ville réputée pour sa chaleur humaine, a été de tout repos». «A l'inverse, sur la côte méditerranéenne (Marseille et Nice) et à Paris, sauve-qui-peut!» La capitale et les deux villes méridionales se partagent donc le podium de l'incivilité routière. Dans la «Ville lumière», à en croire cette étude, les conducteurs se soucient très peu des piétons, refusent souvent aux autres automobilistes de changer de file, et ne sont pas «relax au feu» – en clair: klaxonnent dès que le feu passe au vert.

On n'est plus motorisé, depuis qu'on habite à Paris – ville où moins d'un habitant sur deux, désormais, possède une voiture. Mais, comme par hasard, ils nous semblent assez familiers, les comportements que prête cette étude aux automobilistes parisiens.

Les commentaires sont fermés.