Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/03/2012

Une grande forme

Une matinée avec Marine Le Pen. Trop chouette. Au saut du lit, d'abord: en écoutant l'énième matinale radio dont elle était l'invitée. Puis, hop, un rapide saut au bureau et le métro illico: pour, cette fois, rencontrer l'intéressée de visu. Ce matin, la candidate et présidente du FN était reçue par la presse étrangère basée à Paris.

On a pu le constater: elle est en grande forme. Pendant près de deux heures, sans une pause ni une note ni une hésitation ni un mot bafouillé, elle a débité son discours bien rôdé avec une impressionnante pugnacité. Et sans du tout se démonter quand des questions assez sèches lui étaient posées, par des confrères de médias de pays arabes. Bravache, devant une centaine de représentants de médias du monde entier, la frontiste a descendu en flammes une France qu'elle a décrite comme, en gros, gouvernée par un pouvoir corrompu et mou, inconscient que les barbus sont partout, voire complaisant avec eux.

«Quand je serai Présidente de la République...» Marine Le Pen a commencé plusieurs fois ses phrases de la sorte. A ces moments, le plus instructif était de constater que, dans l'assistance, personne ne pouffait de rire.

A Paris à la mi-avril 2002, Jean-Marie Le Pen avait lui aussi rencontré la presse étrangère. Ce jour-là, il lui avait notamment assuré que, sur foi de sondages privés qu'il détenait, il serait présent au second tour. Le dimanche qui avait suivi, le 21 avril 2002, il avait devancé Lionel Jospin. Dix ans plus tard, ce jeudi matin, l'anecdote a été narrée à sa fille. Qui y a réagi ainsi: «D'après mes informations, les trois candidats en tête des sondages (Nicolas Sarkozy, François Hollande et elle) sont, en fait, beaucoup plus proches les uns des autres qu'on ne le dit...»

On verra ça le 22 avril. Dans un mois, pile. On verra ça, ou pas.

Les commentaires sont fermés.