Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/04/2012

Une (petite) frayeur

Tous les Français qui en ont assez de cette campagne présidentielle interminable l'ont échappe belle. A quelque vingt jours du premier tour, en effet, il s'en est fallu de peu pour que le scrutin doive purement et simplement... être reporté. Et, du coup, il aurait fallu tout reprendre à zéro dans quelques semaines.

Hier soir, en effet, sortant d'un cinéma dans le quartier Montparnasse, Eva Joly s'est cassé la figure. La candidate écologiste à l'Elysée a chuté, la tête la première, dans un escalier. Agée de 68 ans, elle a subi une «très brève perte de connaissance» – à la suite d'«une grosse bosse», a dédramatisé le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé, sur une radio ce matin. L'intéressée a été immédiatement hospitalisée: à l'Hôpital Cochin, d'où elle devrait sortir soit dans les heures qui suivent, soit demain. Son QG de campagne vient de donner de ses nouvelles: «L’ensemble des examens effectués, nous savons maintenant qu’Eva est en bonne santé. Elle est pleinement déterminée à faire campagne pour les trois dernières semaines, pour dire aux Françaises et aux Français que l’écologie, c’est le vrai changement».

Rien de bien grave, donc. Mais, avec un premier tour dans trois semaines, on a frisé le gros problème.

En effet, Eva Joly aurait-elle été plongée dans le coma après sa chute, ou simplement contrainte à être longuement hospitalisée à cause de multiples fractures, que l'article 7 de la Constitution aurait dû être appliqué. Que dit-il? «Si, avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve empêché, le Conseil Constitutionnel prononce le report de l'élection».

Le cas échéant, on aurait donc dû se farcir ce scrutin en plein milieu des beaux jours d'été. Croisons les doigts, du coup, pour que, dans les vingt jours qui viennent, l'un(e) ou l'autre des dix candidat(e)s ne soit pas victime d'un infarctus, d'un AVC ou d'un accident de voiture.

Les commentaires sont fermés.