Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/07/2012

Une gestion pas très sérieuse

Transports, Sécurité, Santé, Environnement, GouvernementA propos des bagnoles et des produits cancérigènes, dont on parlait hier dans ce blog, une querelle prend de l'ampleur, ces jours-ci. Elle concerne les éthylotests, dont la possession est désormais obligatoire dans les véhicules. Visiblement, le précédent gouvernement a géré cette affaire d'une manière pas très sérieuse.

Dernièrement, l'ONG environnementaliste «Robin des Bois» a accusé (ici) ces éthylotests chimiques de contenir du dichromate de potassium, substance qu'elle qualifie de cancérigène pour l'homme et de très toxique pour les organismes aquatiques. Chacun de ces éthylothests à usage unique contiendrait «environ un gramme de chrome 6, substance classée cancérogène, mutagène et reprotoxique». Dès lors, jeter à la poubelle ces objets après usage «serait une pratique dangereuse pour l’environnement et la santé publique».

Hier, interpellé sur la question, le ministère de l'Ecologie n'a que partiellement démenti ces assertions. Côté pile, «compte tenu de la très faible quantité» de ladite substance dans un éthylotest, «une ingestion accidentelle n'exposerait qu'à une irritation buccale ou des muqueuses». Mais, côté face, le traitement des éthylotests usagés est, en effet, «une question sérieuse». Les autorités vont donc plancher là dessus. Du coup, les fabricants d'éthylotests sont furieux. Selon eux, les quantités de ces substances toxiques sont tellement infinitésimales qu'évoquer des risques pour la santé ou l'environnement est «une arnaque ahurissante» – selon les termes d'un fabricant furibard, qu'on entendait sur une radio, ce matin.

Cette querelle a de quoi effarer. On imagine l'état total de confusion dans lequel doit se trouver l'automobiliste français moyen, en ce moment: face à ces allégations parfaitement contradictoires.

Le moindre du bon sens aurait évidemment commandé que les autorités prennent toutes les assurances (scientifiques, sanitaires et environnementales) avant de rendre ces éthylotests obligatoires. Mais, manifestement, c'était trop demander, au pays du principe de précaution.

Encore bravo.

Les commentaires sont fermés.