Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/09/2012

Un engagement jamais tenu

Puisqu'on évoquait les berges de la Seine hier, intéressons-nous au fleuve proprement dit, aujourd'hui. Pour signaler, au cas où cela vous aurait échappé, qu'un vieil engagement le concernant n'a jamais été tenu.

Il avait été pris à l'époque par Jacques Chirac. Lorsqu'il était maire de Paris (1977-1995), il avait promis aux Parisiens qu'à la fin de son mandat, ils pourraient à nouveau se baigner dans la Seine, comme ils le firent jadis. On en est encore loin. L'a rappelé un différend, début septembre.

A l'invitation d'une association sportive, plus de 3000 personnes s'étaient inscrites pour ce qui s'annonçait un événement: la traversée de la capitale à la nage. Elle aurait dû se dérouler dimanche dernier; les concurrents les plus sportifs auraient nagé dix kilomètres, jusqu'au jardin André-Citroën. Mais la préfecture de police a catégoriquement interdit la manifestation. Les pandores ont notamment invoqué la qualité sanitaire insuffisante des eaux du fleuve – dans lequel, pourtant, début juillet, ont nagé les 4500 participants au triathlon de Paris...

Les organisateurs de la course ne l'ont pas entendu de cette oreille. Contestant cette décision, ils ont brandi les résultats d'analyses bactériologiques effectuées à leur demande par un laboratoire agréé, portant sur des échantillons d'eaux du fleuve qu'ils avaient prélevés début août. Analyses montrant, selon eux, la parfaite conformité de ces eaux avec les directives européennes relatives aux eaux de baignade en milieu naturel.

Rien n'y a fait: les autorités ont campé sur leur refus. Et la manifestation, qui se voulait «la plus importante épreuve de natation en eau libre de France», a dû être purement et simplement annulée, au débotté.

Jacques Chirac n'a pas réagi.

Commentaires

Personne ne s'étant jamais avisé de savoir si Jacques Chirac savait bien nager, pareille attente était peut-être vaine...

Écrit par : cp | 13/09/2012

Les commentaires sont fermés.