Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/05/2013

Un état très dégradé

Les automobilistes de Paris et de sa région pestent beaucoup, en ce moment, contre les radars. Hier encore, on ne parlait que de cela (voir, par exemple). Ils auraient des raisons de se plaindre aussi de l'état du réseau routier, en région parisienne. Immense, ce réseau: 800 kilomètres d'autoroutes, plusieurs centaines de kilomètres de bretelles, et des tunnels parmi les plus longs d'Europe. Le tout dans un état assez désastreux, comme l'a rappelé la droite UMP cette semaine, au Parlement (là).

Infrastructures pas rarement dans un état de «délabrement». Accotements «sales». Tags qui «se multiplient». Glissières de séparation «souvent rouillées ou abîmées». Evacuation des eaux «déficiente». Signalisation verticale «en mauvais état». Bandes blanches qui «ne réfléchissent plus rien». Panneaux lumineux d'information «défectueux». Revêtement «souvent endommagé». Eclairage public «coupé la nuit sur certaines portions, défaillant sur d'autres». Bref, selon un sénateur UMP de la Seine-Saint-Denis (banlieue nord de Paris), «prendre la route de nuit, sous la pluie, devient dangereux», en région parisienne.

Paris, Transports, GouvernementLe ministre des Transports, par la voix d'une collègue, n'a pas nié le problème. Malgré les 95 millions d'euros affectés chaque année à l'entretien du réseau routier parisien, son état visiblement demeure perfectible. La propreté s'y «dégrade trop rapidement». Le système d'évacuation des eaux a souffert des «précipitations abondantes» de ces derniers mois. Les vols de câbles électriques affectent «parfois» la continuité nocturne de l'éclairage des autoroutes A1, A3 et A86. Et «la sécurité impose un plus haut niveau de maintenance des tunnels». Il n'empêche, les usagers de ce «réseau routier stratégique» peuvent «compter sur l'engagement de l'État et de ses agents», pour travailler à l'amélioration de la situation.

Les automobilistes concernés – plusieurs millions chaque jour, tout de même – seront certainement ravis de l'apprendre. En attendant de pouvoir le constater, de visu.

Les commentaires sont fermés.