Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/09/2013

Une pudibonderie médiatique, déplacée

femmes,activisme,médias,sécurité,sociétéComme chaque année (relire ici), maigre couverture médiatique, ce week-end en France, de la troisième édition de la «SlutWalk». Sans doute parce que les médias décrètent que rien que l'intitulé de ce mouvement, la «Marche des salopes», est cru au point d'être indicible.

Curieuse pudibonderie, tout de même, à l'heure où tant de programmes de ces mêmes médias dégoulinent de vulgarité – passons.

Comme ce fut le cas dans nombre de villes étrangères, cette Marche s'est tenue à Paris mais aussi dans des villes de province comme Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lille, Lyon, Rouen, Toulouse ou Strasbourg. L'intitulé provoc' du mouvement renvoie au qualificatif qui, pas rarement, est attribué aux femmes victimes de violences sexuelles et qui se voient reprocher de les avoir favorisées par leur accoutrement ou leur comportement. A Paris, des participantes au cortège, qui a défilé jusqu'au Panthéon, arboraient parfois un short ou un soutien-gorge apparent. Sur leurs pancartes, des slogans comme «Ceci est une jupe, pas une invitation», «Non, c'est non», «Un viol n'est jamais ni consenti, ni provoqué, ni de la faute de la victime», ou «La honte doit changer de camp».

En France, «il y a encore beaucoup de progrès à faire», a témoigné une organisatrice de la manifestation. Des progrès dans l'accueil et la considération des victimes de violences sexuelles, et dans le regard porté sur elles par la société. A assez bien résumé l'ampleur des progrès encore a accomplir, le témoignage, à l'agence AFP, d'une étudiante de 23 ans ayant manifesté à Lille. Victime d'un viol, elle en a parlé à ses amis. «A l'époque, certains m'ont demandé comment j'étais habillée. J'ai expliqué que je portais un jean et un T-shirt. On m'a répondu: "Ah, dans ce cas, ce n'est pas normal"».

On aurait aimé voir genre de témoignage davantage répercuté dans les médias, ce week-end.

Les commentaires sont fermés.