Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/10/2013

Une étrangeté, politico-littéraire

Culture, Littérature, Histoire, Langue française, PersonnalitésRacine était-il ... d'extrême droite? Aurait-il disserté sur, par exemple, des concepts comme la «préférence nationale», le «protectionnisme raisonné» ou le «racisme anti-Blancs»? Autant de questions très anachroniques, mais que l'on s'est posées hier. A la réception d'un communiqué de presse du Front national.

Il invitait au lancement, samedi prochain à Paris, du «Collectif Racine»: «le collectif des enseignants avec Marine Le Pen». Lors de ces festivités, une poignée d'agrégés en lettres, profs de philo ou autres enseignants en droit vont présenter «le dispositif de réflexion et de propositions des enseignants du Rassemblement Bleu Marine».

La récupération de son nom, qui plus est par une telle formation, a-t-il fait se retourner dans sa tombe l'auteur d'«Andromaque» ou de «Britannicus»? Hier, sans y passer des heures, on a cherché dans des oeuvres et dans la biographie de l'intéressé ce qui pouvait bien éclairer cette appropriation lepéniste. En vain. L'homme est, bien sûr, l'archétype d'un certain classicisme à la française, mais cela suffit-il pour que le FN se sente proche de lui? Mystère. A moins que les lepénistes aient baptisé de la sorte leur nouveau collectif uniquement en raison du patronyme de l'écrivain, eux qui ne cessent de renvoyer aux «racines de la France»?

Bref, comme on n'en sortait pas dans tout ce fatras, on a été ravi de soudain tomber, dans un recueil électronique de citations, sur une phrase racinienne qui permet de passer en beauté à autre chose, sans davantage perdre de temps sur cette étrangeté politico-littéraire: «Toute l'invention consiste à faire quelque chose de rien».

Les commentaires sont fermés.