Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/10/2013

Un bonheur, pas flagrant

Paris, Social, Economie, Art de vivre, Personnalités, Kosciuko-MorizetLes habitants de Paris et de sa région sont plus heureux que la moyenne des Français.

Ce n'est pas flagrant, vu la tête qu'ils tirent dans les transports en commun? Et/ou, vu leur amabilité en général? Peut-être. Mais cela ressort d'une étude divulguée hier, patronnée par la Fondation pour l'innovation politique et la Fondation Jean-Jaurès – merveilleux oeucuménisme politique, cela dit: le premier de cet organisme est proche de l'UMP, et le second est lié au PS.

Donc, les Parisiens et les banlieusards gardent le moral, malgré la crise. Et ils sont plus optimistes que la moyenne des Français. Ils sont 84% à convenir que le monde contemporain ne va pas bien, mais 79% jugent qu'eux-mêmes, personnellement, parviendront à s'en sortir – contre 67%, pour la moyenne nationale. Comme le disait hier une analyste de l'institut TNS Sofres, recourant à un mot si à la mode depuis quelques années: il y a chez les Parisiens «une aptitude à la résilience» qui est plus forte qu'ailleurs. Cela se voit notamment dans le fait qu'ils sont moins préoccupés par le chômage que le reste des concitoyens. Les sociologues attribuent ce différentiel d'attitude entre Paris et le reste du pays au fait que la population parisienne (comme, la plupart du temps, les population des capitales, dans les pays en général) est proportionnellement plus jeune, plus diplômée, et d'un niveau socio-professionnel un peu plus élevé que la moyenne des Français. Ce qui est censé aider pour affronter les difficultés de la vie.

Néanmoins, comme quoi tout n'est pas rose dans la capitale et sa banlieue, deux habitants sur trois ont des difficultés à finir le mois, le pouvoir d'achat étant la préoccupation n°1 – normal: dans une ville où le coût de la vie est plus élevé qu'ailleurs. Le niveau d'imposition figure aussi dans le peloton de tête des préoccupations, bien plus que dans le reste du pays: le souci classique des gens un peu plus aisés que la moyenne, et donc qui ont le douloureux privilège d'être imposables.

Paris, Social, Economie, Art de vivre, Personnalités, Kosciuko-MorizetSinon, au passage, notons un enseignement de cette étude qui pourrait bien intéresser plus particulièrement les stratèges de Nathalie Kosciuko-Morizet: la candidate de la droite UMP à la mairie de Paris, pour les élections municipales de mars prochain.

Ainsi, cans la capitale et sa région, l'insécurité et l'immigration préoccuperaient beaucoup moins que dans le reste du pays. C'est vraiment pas de chance pour la candidate sarkozyste. Qui, jusqu'à présent, a axé l'essentiel de sa campagne sur, précisément, ces deux thèmes (les Roms, etc.).

Les commentaires sont fermés.