Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/10/2013

Un secteur en ébullition, plus que jamais

Coup de tonnerre, hier, dans le monde feutré de l'hôtellerie parisienne de prestige – qui, décidément, traverse une passe agitée (on en avait notamment parlé ici, dernièrement). A son tour, l'Hôtel Lutetia, le très beau 4 étoiles Art déco de la rive gauche, va fermer ses portes. Dès la fin 2014, et pour subir trois années de lourds travaux de restauration. Précédemment, déjà, avait fait sensation, dans ce petit monde de grand luxe, l'annonce de la fermeture du Ritz (relire ici) et du Crillon (), pour la même raison.

Et, une fois de plus, cela se passe mal avec le personnel. D'où, hier, des mouvements de protestation et des arrêts de travail ayant perturbé la quiétude du prestigieux établissement. Le propriétaire des lieux (le groupe israélien Alrov) n'offre que deux possibilités à ses 211 salariés. Soit ils voient leur contrat de travail suspendu pendant trois ans, ont l'assurance d'être réembauchés à la fin des travaux, mais, en attendant, doivent se contenter d'une indemnité équivalant à 12% maximum de leur salaire brut – ce qui ne fait pas lourd, vu le niveau des salaires dans le secteur (relire). Soit ils acceptent un départ volontaire et se retrouvent donc sur le marché de l'emploi, avec tout au plus une indemnité de départ un rien majorée (15%). Sinon? C'est la porte: le licenciement sec.

Les syndicats sont fous de rage contre ces propositions, jugées d'autant plus indignes que le groupe Alrov «annonce chaque année des bénéfices colossaux». Cet après-midi, dès lors, à l'occasion d'un rassemblement devant l'hôtel, ils vont manifester bruyamment leur mécontentement.

On n'a sans doute pas fini d'en parler, dans le tout-Paris, de ce dossier.

Les commentaires sont fermés.