Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/10/2013

Une espérance de vie

Paris, Social, Pauvreté, Logement, SécuritéGros émoi, hier, dans le quartier voisin: le Haut Marais. Un homme âgé d'une vingtaime d'années a été retrouvé mort au square du Temple: découvert au petit matin par le gardien, au moment où il ouvrait le parc. Il gisait dans une mare de sang, le crâne fracassé. Une enquête pour homicide a été ouverte par la police judiciaire. Qui investigue notamment auprès des SDF du quartier.

Peut-être qu'une autre piste s'imposera, mais, si d'aventure il se confirme que la victime était effectivement sans-abri, cela illustrera la violence à laquelle est quotidiennement confrontée ce type de population. Et qui a un impact très concret et dramatique: sur son espérance de vie.

Ainsi, en France, pour la population générale, cette espérance de vie est de 78 ans pour les hommes et de 84 ans pour les femmes (voir ici). En revanche, en ce qui concerne les SDF, elle n'est que de .. 44 ans pour les femmes, et 55 ans pour les hommes, selon Médecins du Monde. «L’âge moyen au décès des personnes sans chez soi est de 55 ans en région parisienne, 47 ans en province», confirme-t-on au collectif «Les Morts de la Rue» (CMDR).

En gros, donc, et quitte à résumer les choses un peu brutalement, en France, cinquième puissance économique mondiale, ne pas avoir de toit a un prix: cela coûte 25 ans d'espérance de vie.

Paris, Social, Pauvreté, Logement, Sécurité«La mortalité des personnes sans chez soi reste encore un phénomène méconnu», rappelle-t-on au CMDR: «Beaucoup de choses restent à faire, avant de comprendre les causes de mortalité et les parcours de ces personnes».

L'on sait bien, néanmoins, que la part de décès de SDF par «cause externe» est beaucoup plus importante que dans la population générale. Par «cause externe», l'on entend les agressions, les suicides, et les accidents: noyades, expositions au feu, collisions avec un véhicule ou chutes. En région parisienne, «les causes externes de mortalité représentent environ un quart des décès» de SDF, indique un rapport du Collectif.

C'est donc énormément plus que les décès par hypothermie (2,6%). Qui, pourtant, est souvent vue, par les médias et donc par le grand public, comme la menace n°1 pesant sur les sans-abri – voir l'habituelle litanie médiatico-politique, chaque hiver, sur les SDF «morts de froid», etc.

Les commentaires sont fermés.